Le taux d’emploi a atteint un niveau record en 2021 à Bruxelles

Le nombre de Bruxellois et Bruxelloises ayant un emploi a atteint l’an dernier un nombre record avec un total de 479.000 habitants de la capitale actifs sur le marché du travail.

Belga
 Image d’illustration
Image d’illustration ©weedezign - stock.adobe.com

L’année dernière, 8.700 personnes ont décroché un emploi, ce qui représente une hausse de 1,9%, a indiqué jeudi par communiqué Actiris sur base des données de l’office national de statistique Statbel.

Après s’être stabilisé en 2020, le taux d’emploi est de nouveau en augmentation à Bruxelles. Il a même atteint son niveau le plus élevé jamais enregistré: "62,2% des Bruxellois âgés entre 20 et 64 ans ont un emploi. Le taux de chômage (15-64 ans) est resté stable avec 12,5%. En 2017, il était à 16,9%", détaille l’opérateur bruxellois de placement des demandeurs et chercheuses d’emploi.

Si la crise sanitaire a entraîné une perte de presque 5.000 emplois, ce déficit a été plus que comblé en 2021, observe Actiris. L’année dernière, le nombre d’emplois en Région bruxelloise a en effet connu une très forte croissance. Il a augmenté de 41.360, soit une croissance de 5,5%.

"Les chiffres de Statbel sont clairs: Bruxelles a rapidement rebondi. Les chiffres de l’emploi atteignent même des records historiques", commente la directrice générale d’Actiris, Cristina Amboldi. "Toutefois, cette crise nous a appris qu’il est difficile d’établir des prévisions précises tant la situation reste incertaine. Les mesures de soutien fédérales, prolongées jusqu’en juin, continuent de jouer leur rôle de protection. Lorsqu’elles prendront fin, notre rôle sera déterminant pour continuer à maintenir cette courbe à la baisse du taux de chômage", ponctue-t-elle.

"Si je me réjouis que de plus en plus de Bruxellois et Bruxelloises décrochent un emploi, je n’oublie pas pour autant que la guerre des talents fait rage sur le marché de l’emploi. Les employeurs sont à la recherche de profils qualifiés, voire hautement qualifiés", a pour sa part pointé le ministre régional de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Bernard Clerfayt. Celui-ci recommande dès lors de continuer à former les chercheurs et chercheuses d’emploi afin d’augmenter leur niveau de compétences et espérer ainsi poursuivre cette hausse du taux d’emploi.

Outre l’augmentation du nombre de personnes actives à Bruxelles, le nombre de navetteurs dans la capitale croît également. Au total, 259.000 Flamands (+10,9%) et 144.000 Wallons (+6,6%) travaillent à Bruxelles. "Pour la première fois depuis 2014, le nombre de navetteurs qui travaillent à Bruxelles est légèrement plus élevé que les Bruxellois eux-mêmes: 50,6% (403.000) des emplois en Région bruxelloise sont occupés par des Flamands ou des Wallons contre 49,4% par des Bruxellois (393.000)", relève Actiris, qui voit comme explication à ce phénomène la généralisation du télétravail. "Depuis le début de la pandémie, travailler dans une autre Région n’implique plus forcément de faire la navette tous les jours."

Le nombre de Bruxellois travaillant en Flandre (53.400) et en Wallonie (23.210) est, lui, resté quasiment identique entre 2020 et 2021, avec respectivement une augmentation de 1,2% et une diminution de 2%. Enfin, davantage d’habitants de la capitale ont trouvé un emploi hors de la Belgique: 10.000 Bruxellois travaillent à l’étranger, soit une augmentation de 17,8% (+1.509 personnes).

Il ressort encore des enquêtes Statbel que les Bruxellois sont plus nombreux à recourir au télétravail que les Flamands et les Wallons. La moitié des Bruxellois (49,7%) travaillent ainsi à domicile, contre seulement 38% de Flamands et 34% de Wallons, conclut Actiris.