Objectif pour Beer World à la Bourse: recevoir ses premiers visiteurs le 1er juillet 2023

Les travaux au sein de la Bourse de Bruxelles, entamés à l'été 2020 vont bon train. Mais il faudra encore attendre un peu plus d'un an, soit le 1er juillet 2023, avant de voir les premiers visiteurs déambuler dans les salles du Belgian Beer World, le musée de la bière qui s'installera au premier étage et qui doit attirer quelque 400.000 visiteurs par an.

Belga
Objectif pour Beer World à la Bourse: recevoir ses premiers visiteurs le 1er juillet 2023

Actuellement, plus de cent personnes travaillent quotidiennement sur ce chantier que l'on peut presque qualifier de pharaonique. Outre les difficultés techniques inhérentes à un tel projet, viennent s'ajouter des contraintes liées au bâtiment en tant que tel, classé, et à sa situation. La Bourse est à la fois proche de la Grand-Place inscrite au patrimoine de l'Unesco, et ceinturée par un cocktail d'immeubles commerciaux et résidentiels. Il faut donc veiller à ne pas faire trop de vagues.

Les concepteurs ont, par exemple, dû revoir leurs ambitions à la baisse pour le bar qui sera situé sur le toit de l'édifice. Une vaste pergola était dans un premier temps prévue, mais l'endroit devra rester discret et ne pas excéder les 60 places assises. Au sous-sol, le site archéologique Bruxella 1238 sera préservé et mis en valeur dans le cadre de la restauration. Les vestiges ne seront d'ailleurs pas complètement dénués de lien avec la bière puisqu'on y retrouverait la sépulture de Jean Premier, duc de Brabant au 13e siècle, aussi connu sous le nom de Gambrinus.

Un bar et un restaurant seront installés au rez-de-chaussée. Les concepteurs ne visent pas nécessairement une table étoilée, mais plutôt une bonne carte de brasserie qui mette en évidence la culture gastronomique belge, et notamment la cuisine à la bière.

Le rez sera également traversé de part et d'autre par une galerie publique, à l'instar des galeries Saint-Hubert, devant relier la rue au Beurre à la place de la Bourse. Les anciens salons seront aussi restaurés et pourront être loués comme salles de réunion ou d'exposition.

Au premier étage s'installera le Belgian Beer World en tant que tel. Dès 2012, les cinq plus grands brasseurs du pays ont accepté de soutenir le projet. Mais de plus petites structures ont également été invitées à y prendre part afin d'élargir au mieux la représentativité de l'industrie brassicole. Peu avant que n'éclate la crise du coronavirus, un accord avait été trouvé pour s'ouvrir à une centaine de brasseries.

"Et aujourd'hui encore, des demandes de soutien au projet nous parviennent. Chaque brasserie, quelle que soit sa taille, peut démarrer une contribution à partir de 750 euros", explique Krishan Maudgal, chef de projet pour le volet privé. Le contenu du parcours scénographique a été discuté avec les brasseries participantes. "Au début, les discussions n'ont pas été faciles. Chaque brasserie devait se rendre compte qu'elle avait à gagner à mettre ses marques propres de côté pour promouvoir l'image de marque de la bière belge en général", ajoute M. Maudgal.

"Nous souhaitons à la fois introduire le grand public à la culture de la bière noir-jaune-rouge, mais aussi devenir un incontournable pour les 'beergeeks' en visite à Bruxelles. Toutes les dimensions autour de la bière seront abordées." Les premières zones du parcours scénographique, en cours d'élaboration en Flandre, seront déjà installées cet été dans la Bourse.

La fédération des brasseurs va débloquer 5 millions d'euros dans ce partenariat public privé qui permet de transformer les 12.000 mètres carrés du bâtiment. La Ville de Bruxelles prévoit 10 millions d'euros. La Région bruxelloise consacre 12 millions d'euros, un tel projet contribuant fortement à l'image de Bruxelles en Belgique et à l'étranger. Elle libère aussi 5 millions d'euros pour la rénovation du patrimoine classé du bâtiment de la Bourse et du site archéologique, à savoir les ruines du couvent de l'ordre franciscain érigé dès 1238. Le Feder et le Fonds de reprise et de résilience contribuent avec des subsides de respectivement 7,2 et 10,8 millions d'euros.