Thomas Gunzig en terrain vache

Un cinquantenaire désabusé et une vache sous peau de femme sont les ingrédients du plus sombre roman de l’écrivain belge, "Le sang des bêtes".

Michel PAQUOT

"Qu'est-ce que tu fais de ta vie?" La question que pose Mathilde à son mari, Tom, est exactement celle qui, depuis quelque temps, turlupine ce cinquantenaire qui se sent fatigué. Pas une grosse fatigue l'empêchant de vivre, une lancinante, plus insidieuse, qui lui donne envie de ne rien faire, de rester assis en regardant le temps passer. Ou par la fenêtre du magasin de compléments alimentaires pour bodybuilders où travaille cet ancien adepte des salles de musculation. Et, justement, sur le trottoir d'en face, il voit une femme maltraitée par un homme et se précipite à son secours. Or la belle rousse, contre toute apparence, est une vache. Une vraie vache à laquelle une sorte de docteur Mabuse a donné une apparence humaine. Que faire?