"Help! Help!": la main explosée par son propre pétard, ce manifestant est secouru par la police

Un manifestant qui défilait contre les mesures sanitaires ce dimanche 21 novembre a été filmé la main ensanglantée. Blessé avec son propre pétard, il a été secouru par la police… à laquelle il s’opposait. "Retour de karma", raille le web.

Julien Rensonnet
"Help! Help!": la main explosée par son propre pétard, ce manifestant est secouru par la police
La main ensanglantée de ce manifestant est le résultat de l’explosion de son propre pétard. Les policiers de la zone Bruxelles-Capitale Ixelles sont les premiers à lui être venus en aide. ©Facebook

Des cris, des fumigènes, des pétards, le tout dans un brouillard dense et la rumeur des sirènes et de l'hélicoptère. Nous sommes à la manifestation contre les mesures sanitaires qui a ébranlé Bruxelles ce 21 novembre, émaillée d'affrontements violents avec la police. Cette ambiance plus qu'électrique est répercutée sur Facebook par une vidéo comme il en circule des centaines.

Mais soudain, une explosion se fait plus forte que les autres. Sourde. Puissante. S’ensuivent des hurlements. "Help! Help! Help!" L’objectif cherche leur source. Dans le cadre apparaît un homme, manteau noir et bandeau jaune sur la bouche. Il se tient le bras. Le sang dégouline de sa main. À gros bouillons. On devine qu’il n’a pas lâché son pétard assez vite. D’autres manifestants l’épaulent. Ils asseyent la victime. Et appellent les secours. "Ambulance! Ambulance!"

Ce sont des policiers qui arrivent les premiers. Sur une photo qui elle aussi circule sur Facebook, on voit des hommes en bleu au chevet du blessé. Sa main déchiquetée pendant sur le bitume bruxellois fait beaucoup réagir en ligne: les internautes y voient "un retour de karma" pour un casseur "venu se défouler".

Pétards et fumigènes interdits dans les manifs

La zone de police de Bruxelles Capitale Ixelles confirme l’intervention. "C’est exact: nos services ont porté les premiers soins à cette personne", confirme Ilse Van de Keere, porte-parole de la zone. Le blessé a ensuite été conduit à l’hôpital, où il se trouvait encore ce mardi 23 novembre, deux jours après la manif. Impossible cependant pour la zone de police de se prononcer sur son état.

L’occasion aussi de rappeler le règlement de police, valable pour les 19 communes de Bruxelles. Dans son article 43 sur les "activités incommodantes ou dangereuses", celui-ci interdit explicitement "de se livrer sur l’espace public […] à une activité quelconque pouvant menacer la sécurité publique". Parmi les éventualités, outre les projectiles, les armes ou les abandons d’objets, figurent évidemment les "pièces d’artifice et de pétards".