Voici pourquoi Stéphane Pauwels n’a pas fait appel de sa condamnation, son avocat estimant pourtant qu’"il est innocent"

Si l’avocat de Stéphane Pauwels a décidé de ne pas interjeter appel, c’est par peur du risque d’aggravation de la peine. Il estime pourtant que l’animateur TV est innocent.

Thomas Longrie
Voici pourquoi Stéphane Pauwels n’a pas fait appel de sa condamnation, son avocat estimant pourtant qu’"il est innocent"
Stéphane Pauwels (ici, à droite), aux côtés de son avocat, Me Sven Mary. ©BELGA

Si l’avocat pénaliste Sven Mary est surtout connu pour avoir accepté de défendre des "crapules" comme Fouad Belkacem, le chef du groupuscule salafiste Sharia4Belgium, ou encore Michel Lelièvre, un complice de Marc Dutroux, voire encore le célèbre Kapllan Murat, dit "le roi de l’évasion", il a aussi assisté l’animateur de télévision Stéphane Pauwels dans un dossier de home-jacking. Sans aucun doute l’un des clients les plus ingérables de sa carrière.

"Lorsqu'on crie son innocence, et qu'on est face à la machine judiciaire, on en deviendrait pour moins ingérable", souligne Sven Mary. "Même si nous n'avons pas interjeté appel contre la condamnation, je vous dis sincèrement que je pense que Stéphane Pauwels est innocent, malgré ses travers et sa grande gueule. Ce n'est pas quelqu'un qui avait pour but de violenter, d'attaquer ou de voler des gens. S'il existe aujourd'hui une vérité judiciaire que je dois respecter, mais à propos de laquelle je ne suis pas d'accord, je n'ai pas fait appel par peur du risque d'aggravation de la peine en appel. Avec une condamnation peut-être plus lourde, parce que c'est parfois une roulette..."

L'ex roi des audiences télévisées a écopé de 30 mois de prison avec sursis, après avoir été reconnu coupable comme coauteur du vol avec violence commis à Lasne en mars 2017. Ainsi que de détention de cocaïne. Pour rappel, il a été blanchi en ce qui concerne les chefs d'accusations d'association de malfaiteurs et d'entrave à la justice.

Parmi les autres clients ingérables, il y a Bamouhammad, dit "Farid le Fou". "C’était un exemple de personnage qu’on qualifie d’ingérable, violent même. Lorsque j’allais lui rendre visite, je ne savais jamais quelle allait être son humeur du jour..."