Rue de la Loi: une piste cyclable à deux vitesses

Sur la rue de la Loi, la distinction est claire entre la partie communale et le tronçon régional. Ce que déplore le Gracq…

Ro. Ma.
Rue de la Loi: une piste cyclable à deux vitesses
Côté communal, de l’ocre et une bande de séparation. Côté régional, une bidirectionnelle dans un sens et des conflits dans l’autre. ©Romain Masquelier/ IPM

«C’est un symbole», se réjouit le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close (PS), qui avait ce mardi apporté son casque rouge pour l’inauguration de la piste cyclable flambant neuve de la rue de la Loi, en présence de l’échevin de la Mobilité Bart Dhondt (Groen), du ministre fédéral de la Mobilité George Gilkinet (Écolo), et même de la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden (CD&V). Du rouge, du vert, de l’orange, du fédéral, du communal… un joli tableau politique, mais où est la Région bruxelloise diront certains?

Deux réponses. Une première d’ordre organisationnel: la ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen) était comme chaque mardi matin au Parlement bruxellois en train de répondre aux questions des députés de la commission Mobilité. La seconde raison est quant à elle institutionnelle: le tronçon récemment rénové est en réalité une voirie communale de la Ville de Bruxelles, et a été réaménagé à l’initiative des instances locales bruxelloises.

 Côté communal: une piste ocre tracée de part et d’autre de la rue de la Loi.
Côté communal: une piste ocre tracée de part et d’autre de la rue de la Loi. ©BELGA

La rue de la Loi est en effet coupée en deux par la Petite Ceinture: le tronçon entre Arts-Loi-Schuman est régional, tandis que la partie à l'intérieur du Pentagone est communale… et cette division se voit clairement! Les aménagements cyclables sont effectivement très différents de part et d'autre de la Petite Ceinture. Du côté communal bruxellois (en haut): deux pistes cyclables ocre séparées de la circulation automobile par un espace et une ligne blanche. Du côté régional (ci-dessous): une piste bidirectionnelle séparée du trafic par des parpaings de béton côté Trône, avec également une étroite piste au niveau du trottoir côté Madou.

 Côté régional, une piste bidirectionnelle vers Schuman mais des conflits piétons-cyclistes dans l’autre sens, sur le trottoir vers la Ville.
Côté régional, une piste bidirectionnelle vers Schuman mais des conflits piétons-cyclistes dans l’autre sens, sur le trottoir vers la Ville. ©BELGA

Pérenniser la piste régionale

La configuration actuelle de la voirie régionale côté Madou, avec une piste cyclable sur le trottoir, fait notamment réagir le Gracq (Groupe de Recherche et d’Action des Cyclistes Quotidiens), qui déplore les conflits générés entre piétons et cyclistes sur ce type d’infrastructures partagées. À l’inverse, le nouveau tronçon communal est vu par l’association comme «un bel exemple, simple, mais nécessaire». «Les vélos ne sont pas au niveau du trottoir. Il y a également une zone tampon entre la piste cyclable et la circulation. Cette configuration peut donc évoluer», se réjouit Florine Cuignet, chargée de politique bruxelloise au Gracq.

Actuellement en test jusqu’à mai 2022, la piste cyclable de la région entre Arts-Loi et Schuman devra dans tous les cas faire l’objet d’un nouveau permis d’urbanisme et va donc changer de style dans les prochains mois. Une chose est sûre: le ministère de la Mobilité veut «pérenniser» le projet d’aménagement cyclable. «Cet axe attire chaque jour énormément de cyclistes, mais aussi de piétons avec les stations de métro. On évalue actuellement différents scénarios. On aimerait deux pistes cyclables séparées des piétons et des voitures», nous explique la porte-parole de la ministre Van den Brandt.

Si on suit ce scénario, la distinction entre la commune et la Région sera donc toujours visible.