Assises Bruxelles: les auteurs du meurtre de Sebastian Hurcewicz lui ont coupé l’oreille gauche

Les enquêteurs et la juge d’instruction ont présenté, vendredi, devant la cour d’assises de Bruxelles, les éléments recueillis à la suite de la découverte du cadavre de Sebastian Hurcewicz, le 11 mars 2017 à Laeken, à commencer par les constatations des médecins légistes.

Assises Bruxelles: les auteurs du meurtre de Sebastian Hurcewicz lui ont coupé l’oreille gauche

La victime présentait une déformation de la tête et de multiples fractures du crâne. Son oreille gauche avait été sectionnée et a été retrouvée dans une poche de sa veste. Daniel Poplawski, Lukasz Sredzinski, Hubert Mystkowski et Monika Nazarczuk sont accusés du meurtre de Sebastian Hurcewicz. Kinga Poplawska est quant à elle accusée de non-assistance à personne en danger.

Les blessures relevées sur le corps de la victime - de nombreuses fractures, ecchymoses, contusions, infiltrations hémorragiques et abrasions, ainsi qu’une déformation de la tête et une oreille coupée - sont à mettre en lien avec des actes de torture, ont déclaré les enquêteurs et la juge d’instruction, sur base des rapports des experts légistes.

Les accusés ont évoqué des coups de pied, de poing et de batte de base-ball sur la victime, mais aucun d’eux n’a parlé de l’utilisation d’un objet coupant, qui a pourtant été utilisé compte tenu de la grave blessure au pavillon auriculaire gauche.

Avant que les policiers n’entament leur exposé, la cour a interrogé la dernière accusée, Monika Nazarczuk. Celle-ci s’est montrée très émue à l’évocation des faits, et peu loquace, comme ses co-accusés. Elle a dit avoir peur d’Hubert Mystkowski.

Néanmoins, les enquêteurs avaient découvert un carnet lui appartenant, dans lequel elle avait décrit la jalousie qui existait entre Sebastian Hurcewicz et Hubert Mystkowski et la bagarre qui a suivi alors qu’ils étaient tous ivres. Elle avait aussi couché sur le papier le récit de sa fuite en Pologne après les faits, avec Hubert Mystkowski.

Le corps de Sebastian Hurcewicz, un homme âgé de 29 ans, a été retrouvé, gravement mutilé, le 11 mars 2017, sur un dépôt clandestin d’immondices, au croisement de la rue Léopold Ier et de la rue Thys-Vanham, dans le quartier Bockstael à Laeken.

L’enquête de police a rapidement mené à un appartement d’un immeuble de la rue Breesch, non loin de l’endroit de la découverte du corps, et à son occupant, Daniel Poplawski, ainsi qu’à la sœur de ce dernier, Kinga Poplawska, qui vivait dans un appartement du même immeuble.

Leurs témoignages ainsi que des images de caméras de vidéo-surveillance ont ensuite conduit à l’identification de Lukasz Sredzinski, Hubert Mystkowski et Monika Nazarczuk, petite amie de la victime.

Selon différentes déclarations des accusés, Hubert Mystkowski était jaloux de Sebastian Hurcewicz parce qu’il était amoureux de Monika Nazarczuk. Une bagarre a alors éclaté entre eux, avant que les deux autres hommes, en particulier Lukasz Sredzinski, ne s’en mêlent. Ce dernier, en plus d’être accusé de meurtre est accusé d’avoir soumis la victime à la torture.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.