Chauffeurs Uber interdits de smartphone: 100 voitures manifestent devant le palais Royal

Bruxelles va interdire aux chauffeurs Uber d’utiliser leur smartphone pour accepter des commandes de courses. En réaction, une centaine d’entre eux se sont réunis autour du parc Royal pour manifester dans Bruxelles.

Les chauffeurs utilisant la plateforme de taxi Uber manifestent ce 1er mars dans les rues de Bruxelles. Une centaine de véhicules avec licence LVC (location de véhicule avec chauffeur) ont circulé en cortège dans la rue Ducale, devant le cabinet du ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale, Rudi Vervoort (PS). Ils se sont rassemblés place des Palais.

Ces chauffeurs, qui utilisent l’application Uber pour prendre en charge des clients, ont protesté contre la décision du ministre de leur interdire d’utiliser leur smartphone (lire cadrée). Une nouvelle action des chauffeurs LVC est prévue jeudi.

«Nous avons demandé une rencontre avec Rudi Vervoort et nous attendons sa réponse», a déclaré Emil Miletinov, porte-parole de l’Union Syndicale des Chauffeurs Privés (USCP).

«On est très déçu de l’ambiguïté de l’intervention du ministre Vervoort ce matin sur les ondes de la RTBF. Il reste très flou par rapport aux contrôles à l’avenir. Il fait référence à la fameuse ordonnance de 1995 qui selon nous est dépassée. Ce qu’on voudrait, c’est avoir un plan taxi qui reflète les réalités de terrain d’aujourd’hui», a déclaré Emil Miletinov.

«Des règles archaïques»: la majorité divisée sur le cas Uber

La majorité bruxelloise apparaissait divisée lundi au sujet de l’interdiction d’usage des smartphones par les chauffeurs Uber. Le ministre Sven Gatz (Open Vld) a ainsi clairement dénoncé la mesure.

«Plutôt que de vouloir maintenir des règles archaïques de 1995, nous ferions mieux d’attendre la décision de la Cour constitutionnelle concernant le secteur des taxis et Uber, comme le demande explicitement la Cour d’appel de Bruxelles», a-t-il réagi sur Twitter.

Le secrétaire d’Etat Pascal Smet (sp.a) a lui aussi dénoncé la position bruxelloise. «Interdire les smartphones et les technologies intelligents en 2021 est insensé. Nous devrions attendre l’arrêt de la Cour constitutionnelle et travailler entretemps à une nouvelle proposition», a renchéri, toujours sur Twitter, l’ancien ministre bruxellois de la Mobilité.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.