Bruxelles Environnement sollicite les citoyens pour améliorer la gestion de l’eau

Afin d’améliorer la politique de l’eau dans la capitale, Bruxelles Environnement convie les citoyens à partager leurs idées lors de rencontres citoyennes, indique le service public mardi.

Bruxelles Environnement sollicite les citoyens pour améliorer la gestion de l’eau

L’occasion de (re)découvrir la place que cette précieuse ressource occupe dans nos vies et d’impliquer chacun dans l’élaboration du troisième Plan de gestion de l’eau, qui sera déployé de 2022 à 2027.

Le réseau hydrographique bruxellois représente 182 hectares d’or bleu (soit environ 1% du territoire de la Région Bruxelles-Capitale), dont 43 de plans d’eau. En outre, la consommation quotidienne d’eau est de 96 litres par Bruxellois, indique l’organisme.

Ces dernières années, la gestion de l’eau a été marquée par plusieurs aménagements pour valoriser sa place dans le paysage bruxellois, pour en améliorer la gestion qualitative et quantitative, ou pour veiller à préserver les eaux de surface et les eaux souterraines.

Ces rencontres citoyennes seront l’occasion d’évoquer les problèmes d’inondations et de sécheresse, la question de la végétalisation de la ville, le coût de l’eau ou encore la volonté de créer des zones de baignades en plein air, ajoute Bruxelles Environnement, qui espère ainsi responsabiliser chacun, tant les citoyens que chez les pouvoirs publics et les professionnels du secteur.

La première rencontre citoyenne aura lieu le jeudi 26 novembre, de 18h00 à 21h00 en ligne. Les citoyens désirant y participer sont priés de s’inscrire via le site de l’organisation.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.