Pour ne pas poser un lapin à Pâques, les chocolatiers fondent pour l’e-commerce

On a la mine aussi sombre que les tablettes les plus noires chez les chocolatiers bruxellois. Dans ce confinement étendu à Pâques, c’est une grosse part du chiffre annuel qui reste coincé dans les limbes, avec les cloches. Mais les artisans gardent le moral et pansent leurs plaies grâce à l’e-commerce.

Julien Rensonnet
Pour ne pas poser un lapin à Pâques, les chocolatiers fondent pour l’e-commerce
Les chocolatiers bruxellois Laurent Gerbaud, Frederic Blondeel et Mike & Becky vivent la saison de Pâques en confinement: tous diminuent leurs pertes grâce à la vente en ligne. ©Laurent Gerbaud - Frederic Blondeel - Mike & Becky

Suivre @JulienRENSONNET

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...