Un conducteur de SUV balade un cycliste sur son capot en pleine rue de la Loi

Scène hallucinante dans la rue de la Loi: un conducteur de SUV a baladé un cycliste sur son capot sur plusieurs centaines de mètres. L’incident ravive les conflits entre tenants des 2 et 4 roues dans une Bruxelles toujours aussi peu équipée pour satisfaire les besoins des deux camps.

J. R.

C’est une nouvelle scène surréaliste qui oppose tenants du vélo aux tenants de la voiture ce 26 février à Bruxelles. Relayée sur la page Facebook «Alertes Contrôles De Police - Infos Bruxelles» deux jours plus tôt, la vidéo a été visionnée 104.000 fois sur la plateforme, générant des torrents de commentaires, sans grande nuance ni concession.

Mais que montre la vidéo, tournée dans la rue de la Loi dimanche 24 février et envoyée sur Snapchat avant d’être reprise sur le roi des réseaux sociaux? On y voit un homme, dont le casque de vélo nous indique qu’il est cycliste. Loin de pédaler sur son deux-roues, l’homme en question est baladé... sur le capot d’un SUV de marque Peugeot. Le conducteur de ce dernier, qui semble assez serein, bifurque alors dans la rue du Taciturne et les équilibristes involontaires sortent de notre champ de vision.

Pendant ce temps Rue de La Loi ... Source Snapchat : Stayfanos.evis7

Posted by Alertes Contrôles De Police - Infos Bruxelles on Sunday, February 24, 2019

Il semble que les deux protagonistes se soient disputés un peu en amont de la scène. Citant le parquet, Bruzz explique que tous deux ont porté plainte. Une manœuvre de l’automobiliste aurait déclenché l’ire du cycliste, qui serait descendu de monture pour demander des comptes. Le conducteur, se sentant menacé, aurait redémarré.

L’enquête devra déterminer les torts de chacun. Mais voilà un événement qui relance encore la cohabitation délicate entre automobilistes et cyclistes dans une région bruxelloise où l’espace public pensé à l’origine pour la voiture génère toujours plus de conflits.

«Agression routière»

Ainsi, pas plus tard que la semaine dernière, le Gracq et le Fietsersbond avaient dénoncé une «agression routière» à Montgomery. Un bus avait coupé la route d’un cycliste dans le rond-point. Ce dernier souhaitant manifester son mécontentement, il est descendu de selle à l’arrêt du bus. Mais le chauffeur avait redémarré, écrasant le vélo.

« Face à ce nouveau cas d’agression routière, nos pouvoirs publics se doivent de mettre en œuvre des solutions structurelles», plaident les associations cyclistes, qui plaident pour la formation. «Plus de formations au vélo, ça ne signifie pas uniquement former des cyclistes plus expérimentés. Il s’agit de former plus globalement des usagers, davantage conscients des risques, des enjeux de la cohabitation et du partage de la route.»

Autre facteur de risque selon Gracq et Fietsersbond: le manque d’infrastructures. «Le rond-point Montgomery a des allures autoroutières: il est difficile pour un cycliste d’y trouver sa place, alors même qu’on se situe sur l’une des routes prioritaires du réseau “RER-vélo”. Il s’agit également d’un lieu répertorié parmi les “zones à concentration d’accidents”».

Des constats qui sont tout aussi valables pour la rue de la Loi, où cycliste et conducteur de SUV se sont mués en clowns de la mobilité bruxelloise ce 24 février.