Grillons, shiitakes et basilic made in Bruxelles à la Foire de Libramont

Insectes, aromatiques ou champignons: Bruxelles va faire saliver les visiteurs de la Foire de Libramont. Pour sa première présence dans la capitale belge de l’agriculture, la Région veut prouver que la ferme urbaine est le futur de notre alimentation. Un chef tendance vous en fera la preuve.

Grillons, shiitakes et basilic made in Bruxelles à la Foire de Libramont
Les grillons de la ferme à insectes Little Food joueront des coudes avec les blancs bleus belges à la Foire de Libramont: lesquels ont le plus grand avenir? ©EdA - Julien RENSONNET

La Région bruxelloise participe pour la toute première fois de son histoire à la Foire agricole de Libramont. Une participation étonnante pour la métropole? Pas tant que ça quand on sait que le thème choisi par la Région pour vanter ses mérites au milieu des blancs bleus et des porcs Piétrain est celui de l’approvisionnement futur des villes.

«Qui nourrira nos villes demain?», se demandera donc Bruxelles sur son stand. Où la Région apportera évidemment quelques éléments de réponse en matière d’agriculture urbaine et de circuit court, dans le cadre de sa stratégie GoodFood. Des agriculteurs bruxellois et des acteurs bien connus des gastronomes seront d’ailleurs présents à Libramont.

Un chef pour faire prendre la sauce

Le chef ixellois Nicolas Decloedt, des fourneaux de Humus X Hortense, fera ainsi étalage de son savoir-faire en mélangeant les produits de l'agriculture urbaine bruxelloise. Par ailleurs, la Ferme Nos Pilifs et le producteur de grillons Little Food, l'immense installation en aquaponie des abattoirs BIGH Anderlecht, Le Champignon de Bruxelles, la ferme de micropousses ECLO et la ferme verticale à aromatiques de Urban Harvest seront tous présents en province de Luxembourg.

Grâce à eux, la Région rappellera la philosophie de sa stratégie Good Food: «celle-ci comporte des actions concrètes dont l’objectif ambitieux est de produire sur le sol des 19 communes 30% des fruits et légumes non transformés que consommeront les Bruxellois en 2035».

«Il s’agit de réunir les 2 mondes agricoles sans les opposer: l’agriculture urbaine, notamment à Bruxelles, a aujourd’hui le vent en poupe et on a pleinement conscience qu’on aura besoin des villes pour nourrir la population croissante», plaide la Ministre de l’Environnement Céline Fremault (cdH). «L’agriculture urbaine permet d’instaurer des circuits courts qui nourrissent directement les habitants de la ville, en évitant ainsi les transports et en faisant un lien direct entre producteur et consommateur».

Si vous n’avez jamais goûté de steak d’insectes ou de shiitake des villes, c’est donc le stand bruxellois qu’il faudra visiter.