Le Cheval Marin remis à flot sur le Vismet

C’est un bâtiment emblématique, mais fermé depuis des décennies sur le Vismet à Bruxelles: le Cheval Marin, une brasserie du XVIIe siècle, a rouvert ses portes. C’est AB Inbev, via l’équipe du café La Pompe, qui est derrière le bar.

Bâtiment emblématique de l’ancien port de Bruxelles, le «Cheval marin», situé au croisement du quai aux Briques et de la rue du Marché aux porcs, va rouvrir ses portes après d’importantes rénovations.

Les origines de l’édifice remontent au 17e siècle. Il a eu diverses fonctions du temps où le port de Bruxelles était encore en plein cœur de la ville. À la fin du 19e siècle, le quartier a déjà perdu sa vocation portuaire. L’imposante maison est détruite et reconstruite à l’identique par l’architecte Hubert Marcq. Classé en 2003, l’édifice a été acquis en 2015 par Cofinimmo qui a mené un important travail de rafraîchissement en partenariat avec AB InBev. Dix pour cent du portefeuille belge et néerlandais de l’investisseur immobilier est constitué de bâtiments classés.

Un logo qui rappelle l’art déco.

Joyaux

«La restauration a duré 14 mois, ce qui est assez court vu l’ampleur du chantier d’un bâtiment qui avait été délaissé depuis 20 ans», a expliqué Damien Szeker, chef de projets chez Cofinimmo. Quelque 2,5 millions d’euros ont été consacrés à la restauration du bien. «Des travaux d’analyse et de recherche poussés ont été menés en collaboration avec la direction régionale des Monuments et des Sites», ajoute Szeker.

AB InBev a décidé d’y héberger un café qui pourra accueillir divers événements au premier étage. L’ouverture est prévue vendredi. La Coupe du monde de football qui débute la semaine prochaine va certainement profiter à l’endroit. Deux écrans géants seront installés dans la salle à l’étage. Des appartements ont été aménagés aux derniers étages. Ils seront occupés par les exploitants du commerce.

Le géant brassicole investit d’importants moyens dans la restauration de ses cafés, qu’il s’agisse de joyaux du patrimoine belge ou de plus simples mais non moins authentiques «bruincafés» (cafés bruns), à l’instar du Laboureur et du Roskam pour citer deux établissements proches du Cheval marin.

Une carte postale d’époque qui montre à quel point l’immeuble a peu changé.