Immersion en images dans le Bruxelles noir de «Black»: «On a reçu l’autorisation de la rue»

«Black» filme Bruxelles comme rarement on l’a vu au cinéma. Une ville gigantesque, diversifiée, belle et sombre, avec ses recoins que personne ne veut voir. Pour confronter le film à la réalité, on arpente les rues du tournage avec le réalisateur Bilall Fallah et son comédien Aboubakr Bensaihi. Une virée en images et en sons, toute en nuances.

Récit Julien RENSONNET
Image Jacques DUCHATEAU

«Bruxelles, c’est Bruxelles. Tu peux pas la comparer avec une autre ville». Bilall Fallah est un enfant de Bruxelles. Avec son comparse Adil El Arbi, il filme la ville comme peu avant lui. Casquette de basket vissée sur le crâne, jean baggy et bomber floqué des 5 lettres de «Black», il vous guide sur les lieux du tournage, un décor réel à peine fantasmé. «Ces quartiers, ils ont leur propre monde».

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...