Le chocolat équitable, plaisir moins coupable

Au Salon du Chocolat comme au Salon de l’Auto, les belles courbes, les beaux emballages et les prospectus en papier glacé vantent (et vendent) des marques internationales. Parfois au mépris des planteurs, sous-payés pour leur cacao. Mais certains chocolatiers veulent payer le prix juste.

Julien Rensonnet
Le chocolat équitable, plaisir moins coupable

Les étals sont rutilants. Le noir du chocolat le plus profond reluit dans les vitrines. Les manons, les tablettes et les fèves, dorées, laiteuses, ébène, attirent le regard vers les étals des Marcolini, Darcis, Nehaus, Gerbaud, Leonidas, Nihant ou Godiva. Si les teintes choisies sont plus sombres, camaïeu de marron, certains espaces du Salon du Chocolat de Bruxelles nous rappellent la débauche marketing du Salon de l’Auto.