Live buzz - Coup de coeur pour Cloé du Trèfle

Cloé Du Trèfle aime sa ville, Bruxelles. Pour son troisième album solo, "Hasards de trajectoire", elle s’est largement inspirée de la vie dans le métro bruxellois. Bidouilleuse de son, elle a promené son micro dans le ventre grouillant de la capitale et a assemblé roues qui glissent sur les rails, pas, hauts parleurs crachant leurs annonces, conversations… Le disque raconte en une heure et 16 plages l’histoire de Lisa, un matin ordinaire dans les transports en commun.

Audrey Verbist
Jacques Duchateau

«Il se passe tellement de choses dans les transports en commun. J'y passe beaucoup de temps à observer les gens», dit Cloé Du Trèfle. Elle y parle d'amour, de mort, d'une femme conductrice de métro contre l'avis de sa famille, de la mendicité... Un message subtil et universel. Un métro bruxellois qui pourrait finalement être un métro de n'importe où.
Tout a commencé par un projet pour la radio, une recherche autour du son. Mais elle a vite poussé le projet plus loin. «C'est un projet qui est l'aboutissement de deux ans de travail pour la prise de son, l'écriture du scénario, les textes, la musique et la réalisation. Sur certains morceaux, il y a jusqu'à 40 pistes…»
Cloé Du Trèfle va maintenant raconter cette histoire sur scène. Des images viendront compléter les sons. Elle est habituellement seule sur scène avec sa guitare électrique, son piano et son ordinateur avec ses pistes de sons. Mais pour sa prochaine date, elle sera accompagnée d'un batteur, le 28 janvier au Botanique.
Avant de s'envoler pour la Chine en mars. Elle représentera la Belgique lors de la fête de la francophonie auprès d'artistes de Suisse, de France et du Québec pour une tournée d'une quinzaine de dates à travers tout le pays. «Je vais essayer d'apprendre quelques mots en chinois, c'est toujours bien pour le contact avec les gens…»