TAP Bxl: refus de libération conditionnelle pour Rémy Lecrenier

Le tribunal d'application des peines (TAP), siégeant à Bruxelles, a rejeté mardi en début d'après-midi la demande de libération conditionnelle introduite par Rémy Lecrenier, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, en 1999, pour l'assassinat de sa compagne, des deux soeurs de celle-ci et de leur mère, à leur domicile, à Bas-Oha, près de Huy.

Les faits remontent au 7 juillet 1997 et Lecrenier fut arrêté cinq jours plus tard. Il est donc détenu depuis plus de 10 ans. Or, traditionnellement, l'administration pénitentiaire considère qu'un condamné qui n'a pas d'antécédent et qui a accompli le tiers de sa peine est admissible au débat sur une éventuelle libération conditionnelle. Traditionnellement aussi, la réclusion perpétuelle est assimilée à une peine de 30 ans.