Accusée du meurtre de son petit frère: «Nous avions fait en sorte de “faire vite” et puis de s’occuper du petit frère de Bouchra ensuite»

Bouchra Farih, 20 ans, est accusée du meurtre de son petit frère Soufiane, 4 ans et demi, le 1er juillet 2015 à Berchem-Saint-Agathe. Son ex-petit ami, avec qui elle entretenait une relation fusionnelle, a déclaré devant la cour d’assises de Bruxelles que les poursuites judiciaires à l’encontre de celle-ci étaient «ridicules».

Accusée du meurtre de son petit frère: «Nous avions fait en sorte de “faire vite” et puis de s’occuper du petit frère de Bouchra ensuite»

L’ex-petit ami de Bouchra Farih, avec qui elle entretenait une relation fusionnelle au moment des faits, a déclaré mardi soir devant la cour d’assises de Bruxelles, que les poursuites judiciaires à l’encontre de celle-ci étaient «ridicules». Le jeune homme de 22 ans a également considéré comme «absurdes» les allégations selon lesquelles son ex-petite amie aurait attenté à la vie de son frère pour pouvoir le voir lui. Bouchra Farih, une jeune femme de 20 ans, est accusée du meurtre de son petit frère, Soufiane, qui était âgé de 4 ans et demi, commis le 1er juillet 2015 à Berchem-Saint-Agathe.

«J’ai rencontré Bouchra à l’Académie des Beaux-Arts en 4e secondaire. Puis nous nous sommes rapprochés en décembre 2014», a raconté Mohamed, l’ex-petit ami de l’accusée.

«J’allais parfois chez elle. On était seul lors de ces moments, ses parents n’étaient pas là, son petit frère non plus sauf une fois. Il était dans le salon et nous dans la chambre. Nous n’avions aucune crainte qu’il entre. Nous avions fait en sorte de faire vite et puis de s’occuper de lui ensuite», a dit le témoin.

«On sortait avec eux, on allait se balader»

«Bouchra était à l’époque quelqu’un qui pensait beaucoup aux autres et pas assez à elle. Elle était un peu “ simplette ”, introvertie. Elle adorait son petit frère, elle ne se plaignait pas de devoir le garder et de faire le ménage pendant que ses parents étaient absents. Pour moi, la connaissant, le fait qu’elle ait été inculpée et incarcérée pendant près d’un an c’était ridicule. Lorsqu’elle a appris que Soufiane était mort, elle pleurait», a-t-il dit.

Ce dernier a ajouté que les hypothèses selon lesquelles Bouchra Farih aurait tué son petit frère parce qu’il les gênait dans leur relation amoureuse secrète étaient «absurdes».

Le témoin a apporté à l’audience des photos de lui avec Bouchra et leurs petits frères respectifs. «Nous ne restions pas qu’à deux. On sortait avec eux, on allait se balader», a-t-il commenté.

Le jeune homme a également confirmé que la relation amoureuse entre Bouchra Farih et lui était fusionnelle et qu’ils avaient eu le projet de se marier. Ils sont aujourd’hui séparés mais ont repris contact il y a peu, a-t-il précisé.

+ LIRE AUSSI | Accusée du meurtre de son frère de 4 ans: «Si Soufiane nous avait surpris mon petit ami et moi, j’aurais assumé»

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.