Plusieurs centaines de personnes et des milliers de questions à la cérémonie pour Sourour, décédée la semaine passée dans une cellule de la police

Famille, proches, amis, collègues et sympathisants se sont réunis ce soir devant le commissariat de la police, rue Royale dans le centre de Bruxelles. Bougies, fleurs, larmes et de très nombreuses questions encore en suspens.

Mathieu Ladeveze

Pas un mot, des regards graves et beaucoup de larmes, ce soir le long de la rue Royale dans le centre de Bruxelles. Entre 100 et 200 personnes ont participé à l’hommage organisé pour Sourour Abouda, décédée dans une cellule de la police bruxelloise dans la nuit de mercredi à jeudi dernier. Le moment de recueillement était organisé par l’ASBL qui employait cette Bruxelloise de 40 ans : Présence et Action Culturelles. Bouquets de fleurs et bougies fleurissaient le parvis du siège de la police bruxelloise, entouraient deux photos de la victime comme autant de signes d’affection pendant que la foule, dans un silence pesant et sous une pluie glaciale, gonflait rapidement. À tel point qu’elle empiétait sur l’encombrée rue Royale.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...