Le cofondateur du Fuse dépité : “en cas de réponse défavorable dans 15 jours, soit nous arrêtons le Fuse soit nous déménageons”

Thierry Coppens assure avoir tout mis en œuvre pour éviter les nuisances sonores. “Nous avons proposé de racheter le bâtiment, nous avons fait pour 200 000 euros de travaux, etc. Sans succès”

Mathieu Ladeveze
Thierry Coppens (à gauche) et Peter Decuypere (à droite), fondateurs du Fuse.
Thierry Coppens (à gauche) et Peter Decuypere (à droite), les deux fondateurs du Fuse. ©DR

Le cofondateur du Fuse Thierry Coppens est dépité. Après deux ans de fermeture à cause de la crise Covid, il doit refermer les portes de son établissement huit mois à peine après avoir rouvert. “Cela fait plusieurs années que ce dossier traîne. Nous savions qu’il y aurait un souci tôt ou tard mais nous ne nous attendions pas à un ordre de fermeture immédiate”, commente-t-il. “Nous avions reçu des PV de Bruxelles-Environnement à plusieurs reprises au sujet de cette infraction, que nous ne nions pas évidemment. À chaque fois, l’administration régionale demandait ce qu’on allait encore faire. Mais nous avons examiné toutes les pistes. J’ai tout de même l’impression que cette décision est disproportionnée. Nous n’avons pas été consultés.”

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...