Bruxelles-Propreté est-elle responsable du suicide d’un de ses travailleurs en 2016 ? Le dossier en justice dès ce lundi 9 janvier

Le tribunal correctionnel de Bruxelles entame ce 9 janvier 2023 le dossier relatif au suicide d’un travailleur de Bruxelles-Propreté en 2016. L’agence régionale est prévenue pour non-assistance à personne en danger et homicide involontaire.

Belga
Tournée avec les éboueurs de Bruxelles-Propreté (Haulot Alexis)
Bruxelles-Propreté doit répondre du suicide d'un de ses employés. ©Alexis Haulot

Le tribunal correctionnel de Bruxelles entamera ce lundi matin, 9 janvier 2023, le dossier relatif au suicide d’un travailleur de Bruxelles-Propreté en 2016. L’agence régionale de propreté publique est prévenue pour non-assistance à personne en danger et homicide involontaire.

La chambre du Conseil de Bruxelles a, en octobre 2021, renvoyé Bruxelles-Propreté devant le tribunal correctionnel, estimant que l’agence n’aurait pas pris la mesure de la détresse d’un de ses travailleurs, qui s’est donné la mort en 2016. Le juge a également considéré qu’il y a des indices laissant penser que cet organisme de la Région de Bruxelles-Capitale n’a pas entrepris les démarches nécessaires pour faire cesser le harcèlement que subissait la victime de la part d’un collègue.

Employé par Bruxelles-Propreté depuis 1992, le travailleur était harcelé par un surveillant qui avait été muté là après des soupçons de propos racistes dans une autre entreprise. L’employé victime avait porté plainte contre lui et contre l’agence, mais celle-ci n’a pas abouti.

Il a tenté, en 2013 et en 2014, de se suicider à deux reprises. En 2016, il s’est donné la mort, trois jours avant son retour au travail, alors qu’il était convoqué par la direction pour une audition disciplinaire.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...