De Boitsfort ou de Bruxelles? Votre voix pourrait servir à une recherche sur les dialectes

Des chercheurs de l'Université de Gand recherchent des personnes maîtrisant le dialecte de leur région dans le cadre d'une enquête scientifique. Si vous avez 75 ans ou plus et que vous habitez Gooik, Nieuwenrode, Bruxelles ou Boitsfort, vous êtes dans la cible.

Belga
La statue du Zinneke Pis à Bruxelles.
Si vous êtes un vrai zinneke bruxellois, les peïs de l'UGent ont besoin de votre aide. ©Adobe Stock

Des chercheurs de l'Université de Gand (UGent) recherchent des personnes maîtrisant le dialecte de leur région dans le cadre d'une enquête scientifique. Ce sont de préférence des gens de plus de 75 ans qui sont invités à se manifester, issus de Gooik, Nieuwenrode, Bruxelles, Boitsfort, Boutersem, et Jeuk (Limbourg).

En BD, deux Françaises prennent langue avec Bruxelles: «Marre des Français qui ne savent pas utiliser le “une fois”»

Le Corpus des dialectes de langue néerlandaise (Gesproken Corpus van de zuidelijk-Nederlandse Dialecten - GCND), un projet de l'université gantoise, est en train d'archiver les dialectes belges en vue de leur conservation. L'étude est menée à partir d'enregistrements des années '60 et '70. "Les enregistrements ont par le passé souvent été réalisés par des étudiants de l'université de Gand, pour la plupart originaires de Flandre orientale ou occidentale", explique Lien Hellebaut, linguiste à l'UGent. Il y a donc peu d'archives sonores du Brabant flamand ou du Limbourg. Nous cherchons des volontaires qui parlent le dialecte de ces contrées."

L'appel à volontaires est associé à certaines conditions. "Nous cherchons des locuteurs qui maîtrisent encore bien le dialecte des villages mentionnés, qui l'ont vraisemblablement appris avant les années '60. Cela signifie qu'en pratique, ces personnes doivent avoir 75 ans ou plus aujourd'hui. Plus spécifiquement, nous recherchons des gens qui sont nés et ont été élevés dans ces villages. De préférence, ils ont été à l'école mais n'ont pas suivi de formation supérieure. Qu'ils soient bavards est évidemment un plus", ajoute la linguiste.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...