1,45 milliard en 2023: le Gouvernement bruxellois accélère encore son budget mobilité, l’opposition parle de « politique punitive »

1,45 milliard: le Gouvernement bruxellois continue d’investir dans la mobilité. La STIB se taille la part du lion. L’opposition MR-N-VA et PTB doute des mesures.

Belga
 Elke Van den Brandt l’assure: «on prend nos responsabilités».
Elke Van den Brandt l’assure: «on prend nos responsabilités». ©ÉdA – Julien Rensonnet

Le gouvernement bruxellois a opté pour un renforcement des moyens dévolus l’an prochain à la mobilité, malgré le contexte de crise. Sans en remettre le principe en cause, l’opposition n’a pas manqué mardi de poser de nombreuses questions sur leur affectation.

Avec un budget pour la mobilité s’élevant à 1,448 milliard d’euros en 2023 -125 millions d’euros de plus qu’en 2022 -, "nous prenons nos responsabilités tant vis-à-vis des Bruxellois aujourd’hui que des générations futures dans le cadre de la transition climatique", a dit d’emblée la ministre Elke Van den Brandt, exposant en détail le projet du département Mobilité pour l’année prochaine, en commission de la Mobilité du parlement.

Fréquences, nouveaux véhicules…

Dans ce montant, la STIB se taille la part du lion (1,19 milliard ; dont 430 millions d’euros en investissements) pour la poursuite du chantier de construction de l’axe de métro nord-sud, pour l’extension du réseau de tram et l’achat de nouveaux tramways TNG (15 à 20), la mise en œuvre des dernières étapes du Plan Directeur Bus et l’électrification progressive du charroi de bus (quatre lignes d’ici deux ans). En vue également, l’augmentation des fréquences sur les lignes de bus en soirée et le dimanche, et matin et soir sur plusieurs lignes de tram très fréquentées (3, 4, 7, 8, 25, 55), Des aménagements PMR sont prévus l’an prochain par exemple dans les stations Parc, Anneessens, Jacques Brel, Simonis et Madou.

Le gouvernement bruxellois a également décidé de prendre en charge le coût de l’indexation des salaires des milliers d’emplois de la STIB moyennant le maintien des tarifs actuels au bénéfice de la population et l’extension à la catégorie des 65 +, du bénéfice de l’abonnement à 12 euros par an actuellement accordé aux jeunes.

17 millions pour la sécurité routière

Autre priorité du budget Mobilité, selon la ministre: la sécurité routière à laquelle 17 millions d’euros seront consacrés en 2023 afin de mettre en place la ‘Vision zéro’, (NDLR mort et blessé à l’horizon 2030) via des actions de sensibilisation et de prévention ainsi que des études ; l’achat et l’entretien de caméras, des radars (une vingtaine en plus), de radars-tronçon.et d’’afficheurs de vitesses (une trentaine), ou encore le soutien de dépenses de fonctionnement des communes dans le cadre de la politique de sécurité routière.

Un budget total de 205 millions d’euros est enfin prévu pour l’aménagement et l’entretien de l’espace public, des voiries et des infrastructures pour tous les usagers, piétons, cyclistes, transports publics motos, et automobilistes.

Good Move

Dans ce contexte, les crédits budgétaires sont prévus pour l’aménagement des quartiers dans le cadre du plan régional de mobilité Good Move. Les moyens relatifs à la mise en œuvre des plans locaux de mobilité sont confirmés. Les subsides de fonctionnement aux communes sont augmentés d’un million d’euros pour renforcer les aspects de participation et de concertation dans le cadre de l’élaboration et la mise en œuvre des plans de circulation.