18.000 entreprises se partageront l’aide urgente Énergie à Bruxelles: voici les secteurs concernés

Des aides d’urgence pour permettre aux entreprises bruxelloises de survivre à la crise de l’énergie sont projetées par le Gouvernement. 117 millions sont sur la table. Les associations ne sont pas oubliées non plus.

 Barbara Trachte.
Barbara Trachte. ©BELGA

Le gouvernement bruxellois a approuvé ce jeudi 17 novembre 2022, en première lecture, un projet d’arrêté qui permettra la mise en place d’une prime compensatoire dans le cadre de la crise énergétique. Cette prime, d’un budget total de 117 millions d’euros, a pour objectif de prendre en charge une partie des surcoûts énergétiques, calculés entre les années 2021 et 2022, pour les entreprises bruxelloises en difficulté, actives dans les secteurs sensibles énergétiquement, a annoncé la secrétaire d’État à la Transition économique, Barbara Trachte.

Au total, le nombre d’entreprises éligibles est évalué à environ 18.000.

Facture de 3% au moins du chiffre

Afin d’identifier les secteurs économiques "sensibles énergétiquement", le gouvernement s’est basé sur une étude de l’IBSA qui a utilisé une méthodologie du Bureau du Plan. Il s’agit des secteurs pour lesquels les entreprises doivent faire face à des coûts énergétiques au moins équivalents à 3% de leur chiffre d’affaires. Les secteurs les plus impactés sont ceux du commerce de détail, des services aux personnes (soins de santé, hébergement, restaurants et cafés, blanchisseries, coiffeurs, activités récréatives), de l’industrie manufacturière (activités productives, industrie alimentaire, imprimerie) et des Industries culturelles créatives (ICC).

C’est le code NACE TVA d’une entreprise qui déterminera si celle-ci a accès au dispositif d’aide.

Concrètement, l’aide prendra en charge 30% des surcoûts entre l’ensemble des décomptes de la facture énergétique 2022 et l’ensemble des décomptes de la facture énergétique 2021 tant pour l’électricité que pour le gaz.

L’administration pourra prendre en compte jusqu’à 6 compteurs EAN différents pour l’octroi de la prime compensatoire (3 pour l’électricité, 3 pour le gaz). Ce critère permet notamment de prendre en compte les entreprises qui disposent de plusieurs unités d’établissements.

De 500 à 100.000€

Outre le code NACE TVA, d’autres critères d’éligibilité entrent en compte pour pouvoir avoir accès au dispositif d’aide. L’entreprise doit ainsi avoir un chiffre d’affaires de minimum 50.000 euros ; avoir déposé ses comptes et bilan à la BNB pour l’année 2021 ; respecter ses obligations en matière de TVA ; respecter les obligations environnementales, sociales et fiscales ; s’engager à ne pas redistribuer de dividendes dans l’année suivant l’octroi de la prime.

Le montant de la prime est de minimum 500 € et ne peut être supérieur au surcoût subi par le bénéficiaire. Le montant est également plafonné en fonction de la sensibilité énergétique des secteurs au sein desquels l’entreprise est active. La prime est ainsi plafonnée à 50.000€ pour les entreprises actives dans les secteurs sensibles énergétiquement et à 100.000€ pour les entreprises actives dans les secteurs très sensibles énergétiquement.

Coopératives aussi

Par ailleurs, une prime similaire (30% des surcoûts énergétiques entre 2021 et 2022 – gaz et électricité) sera octroyée pour les Entreprises Sociales Mandatées pour l’Insertion (ESMI), sensibles énergétiquement via des subsides facultatifs. Pareil dispositif sera également mis en place pour les coopératives d’activités (Jobyourself et Baticrea) ainsi que pour les centres d’entreprises et les incubateurs.

Cette prime sera disponible pour les entrepreneurs après avis des partenaires sociaux (Brupartners), du Conseil d’État et de l’Autorité de Protection des Données (APD). La notification à la Commission européenne pour le cadre temporaire des aides d’État sera également demandée. Il est prévu que les demandes puissent être introduites dans le courant du mois de février prochain.