Les 19 CPAS bruxellois sont en grève ce mercredi et remettent un cahier de revendications

Charges de travail élevées, sous-financement... Les travailleurs des 19 CPAS bruxellois ont mené une grève, ce mercredi 16 novembre 2022.

La principale exigence des travailleurs sociaux est qu’ils puissent à nouveau faire leur travail, explique Maxime Nys, secrétaire régional de la CGSP.
La principale exigence des travailleurs sociaux est qu’ils puissent à nouveau faire leur travail, explique Maxime Nys, secrétaire régional de la CGSP. ©BELGA

Les travailleurs des 19 CPAS bruxellois ont mené une grève, ce mercredi, pour dénoncer les charges de travail élevées et le sous-financement de leurs activités. La CSC, le SLFP et la CGSP ont en front commun remis leur cahier de revendications au ministre-président bruxellois Rudy Vervoort et à la ministre fédérale de l’Intégration sociale Karine Lalieux.

Les syndicats se sont d’abord rendus au cabinet du ministre-président bruxellois, ce mercredi matin. Ils se sont fait entendre à l’aide de sifflets. Les travailleurs des CPAS dénoncent le manque de personnel. Ils appellent à un refinancement structurel proactif et durable des centres publics d’action sociale à Bruxelles avec une attention particulière sur les salaires. Ils souhaitent également un meilleur investissement dans le bien-être au travail.

"La principale exigence des travailleurs sociaux est qu’ils puissent à nouveau faire leur travail", explique Maxime Nys, secrétaire régional de la CGSP. "L’aide financière du gouvernement fédéral afflue vers les bénéficiaires, et c’est bien", remarque le secrétaire général, qui regrette toutefois que le gouvernement n’investisse pas pour améliorer la situation des travailleurs des CPAS.

La responsabilité incombe au gouvernement fédéral, à la région bruxelloise et aux autorités communales, estiment les syndicats. Après avoir remis leur cahier de revendication à Rudy Vervoort, les travailleurs se sont dirigés vers le cabinet de la ministre Lalieux.