Le Syndicat des Indépendants demande le retrait du plan Good Move

Selon cette organisation, certains commerçants et indépendants envisagent de cesser leurs activités ou de quitter la Région-capitale.

Belga
Illustration
Illustration ©BELGA

Le Syndicat Des Indépendants (SDI) a demandé mardi le retrait du plan de mobilité régional Good Move et le retour à la situation antérieure.

Pour l’organisation représentative des TPE, ce plan approuvé par le parlement bruxellois en mars 2020 et qui définit les grandes orientations de mobilité des 19 communes bruxelloises pour ces dix prochaines années a des conséquences "désastreuses" pour les commerçants et indépendants.

Selon cette organisation, certains d’entre eux envisagent même de cesser leurs activités ou de quitter la Région-capitale.

Cette Fédération patronale interprofessionnelle concède que les objectifs du plan sont louables. Elle dit toutefois en constater des effets très négatifs sur l’économie régionale, deux mois après sa mise en place. "De nombreux quartiers sont congestionnés et les embouteillages perturbent plusieurs points de passage. Les trajets sont allongés tant en distance qu’en temps. Les livraisons et le stationnement constituent un véritable casse-tête".

Résultat, selon le SDI: une partie de la clientèle a déserté les commerces. Outre les clients bruxellois, la plupart des visiteurs d’un jour, venus de la périphérie, ont disparu. Ces clients rechignent à se rendre dans la capitale, rebutés par la zone 30, l’interdiction de certains véhicules, les piétonniers élargis, le coût du parking, les travaux non coordonnés et la circulation en boucles avec ses sens interdits et ses filtres.

Le SDI "soutient la demande de ses membres, soulignant l’ampleur du préjudice que ce plan occasionne aux entrepreneurs qui, au sortir de la crise du Covid, doivent faire face à la croissance démesurée des prix de l’énergie et à l’augmentation des salaires et du coût des matières premières", a-t-il fait valoir par voie de communiqué.