Le 714e Meyboom a fait vibrer le cœur de la capitale (vidéos)

Cette année encore, l’honneur est sauf pour la confrérie, l’arbre ayant été planté avant 17h comme l’exige la tradition.

Belga

Le 714e Meyboom (arbre de joie) a été planté mardi à Bruxelles, à 16h35, par les Buumdroegers (porteurs d’arbres) de la confrérie des Compagnons de Saint-Laurent. Des dizaines de groupes folkloriques et de badauds ont accompagné le feuillu à travers le centre de Bruxelles au cours d’une après-midi festive, a constaté l’agence Belga.

Comme le veut la tradition, les Buumdroegers (porteurs d’arbres) se sont rendus en forêt de Soignes en début de journée pour y couper le Meyboom. Ils ont ensuite sillonné les communes d’Etterbeek, Schaerbeek, Saint-Josse-ten-Noode.

Vers 13h, les membres de la confrérie des Compagnons de Saint-Laurent et les différentes sociétés folkloriques se sont réunis à l’angle de la rue des Sables et de la rue du Marais afin de rendre hommage aux membres décédés.

Une demi-heure plus tard, le traditionnel cortège du Meyboom s’est ébranlé en musique. Il est passé par la rue Fossé aux Loups, la place de la Monnaie, la rue des Fripiers, la rue de Tabora, la Bourse, la rue du Midi, la rue du Lombard et la rue de l’Étuve, en direction de la Grand-Place.

Parmi les nombreux groupes présents, l’ordre de la moustache de Bruxelles, la Confrérie des compagnons du Witloof et la Royale confrérie des chauves de Bruxelles ont défilé à travers les rues du centre-ville sous les regards amusés et intrigués de nombreux touristes et passants. Le cortège était également accompagné des Poependroegers, les porteurs attitrés des géants du cortège du Meyboom. Invités d’honneur de cette édition 2022 du Meyboom, les trois géants de Termonde - Goliath, Mars et Indien - ont impressionné la foule. Les marcheurs de l’Entre-Sambre-et-Meuse de Ham-sur-Heure ont également fait sensation.

Tout ce beau monde a ensuite convergé vers la Grand-Place pour une présentation du Meyboom haute en couleurs. Après un suspens de plusieurs dizaines de minutes, au cours desquelles l’ensemble des groupes participants a été présenté, la star du jour a enfin fait son entrée, au son des trompettes thébaines et sous les applaudissements de la foule. L’arbre, de 12 mètres de haut et d’environ 600 kg, était soutenu par plusieurs dizaines d’hommes qui, avec la chaleur ambiante, ne ménageaient pas leur peine.

Philippe Close, bourgmestre de Bruxelles, et Fabian Maingain, échevin des Affaires économiques faisaient d’ailleurs partie des Buumdroegers. "Merci au public d’être présent, comme quoi il n’y a pas que Coldplay à Bruxelles" a d’abord plaisanté le bourgmestre.

Il a ensuite tenu à rendre hommage à l’ancien bourgmestre bruxellois Freddy Thielemans, disparu en janvier. Intronisé en 2001 dans la confrérie des "Buumdroegers", il a soulevé l’arbre presque chaque année jusqu’en 2015. ""Ma première pensée est pour quelqu’un qui a symbolisé le Meyboom pendant tant d’années. Il a d’ailleurs été le premier bourgmestre bruxellois à en faire partie", a souligné Philippe Close. Il a ensuite invité la foule à observer une "minute de bruit et de joie" en l’honneur de l’homme politique, festif et bon vivant.

Fabian Maingain et Delphine Houba, échevine de la Culture, ont également pris la parole pour saluer ce folklore bruxellois et ses participants enthousiastes.

Après cette courte pause consacrée aux discours, l’arbre a été conduit jusqu’au coin de la rue des Sables et de la rue du Marais où il a été planté vers 16h35. Les applaudissements et la Brabançonne étaient de rigueur pour célébrer comme il se doit ce morceau de patrimoine bruxellois. Cette année encore, l’honneur est sauf pour la confrérie, l’arbre ayant été planté avant 17h comme l’exige la tradition.

Une légende veut en effet qu’en 1213, une querelle au sujet des taxes sur la bière a éclaté entre Bruxellois et louvanistes, jaloux des largesses dont bénéficiaient les Bruxellois dans les débits de boissons au nord de la capitale. Les louvanistes décidèrent donc d’attaquer une noce mais furent reçus assez vigoureusement par les compagnons de Saint-Laurent.

Victorieux, ces derniers reçurent du Duc Jean de Brabant l’honneur de planter le Meyboom le 9 août, veille de la Saint-Laurent, avec une condition: planter l’arbre avant 17h. Dans le cas contraire, les Louvanistes, qui dans un geste de défi plantent leur propre Meyboom chaque année, deviendraient les nouveaux détenteurs de ce privilège.