300 personnes lors d’une marche verte à Bruxelles pour la Belge Natacha de Crombrugghe, disparue au Pérou il y a 4 mois

Plus de 300 personnes ont participé dimanche à une marche dans la forêt de Soignes pour soutenir les parents de la Belge Natacha de Crombrugghe, qui recherchent leur fille disparue au Pérou fin janvier.

Belga
300 personnes lors d’une marche verte à Bruxelles pour la Belge Natacha de Crombrugghe, disparue au Pérou il y a 4 mois
©BELGA

Les participants s’étaient habillés en vert, en signe d’espoir. Au départ, sur les marches de l’hippodrome de Watermael-Boitsfort, ils ont formé avec des feuilles volantes le hashtag #LookingForNatacha, nom du groupe de soutien qui alimente une veille sur les réseaux sociaux.

Chaque participant a été invité à verser 10 euros pour soutenir les recherches de Natacha via l’intermédiaire de la fondation Child Focus. Deux parcours de 6 et 10 km étaient proposés. 

"Je suis d’abord venu en tant que parent, car mon fils est parti 2 ans en Australie, juste après qu’un garçon belge avait disparu en Australie", a expliqué un participant. "J’avais envie d’exprimer mon soutien aux parents qui vivent cette douleur de ne pas savoir où est leur enfant et je suis aussi venu soutenir des amis qui connaissent bien les parents de Natacha." Ces derniers sont actuellement au Pérou, mais d’autres membres de la famille comptaient parmi les marcheurs. Le père de Théo Hayez , vu la dernière fois le 31 mai 2019 à Byron Bay en Australie, était également présent.

Ils sont prêts à accepter un décès, mais tant que Natacha n’est pas retrouvée vivante ou décédée, il y a pour eux toujours un espoir et une interrogation, comme pour le père de Théo Hayez depuis trois ans.

"On a pensé à la marche, car Natacha aimait bien ça, et on voulait soutenir moralement ses parents, Eric et Sabine, qui habitent Linkebeek, près d’ici", a raconté Pierre Visart, un proche de la famille à l’initiative de la marche avec des amis de Natacha. "C’est aussi pour maintenir l’attention sur sa disparition pour faire en sorte que les autorités belges et péruviennes continuent leurs efforts pour la retrouver. Les recherches menées par les parents nécessitent aussi des moyens financiers, car ils engagent des guides sur place. Ils ont offert une récompense de 15.000 dollars pour toute information valable qui serait donnée, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. (...) Ils sont prêts à accepter un décès, mais tant que Natacha n’est pas retrouvée vivante ou décédée, il y a pour eux toujours un espoir et une interrogation, comme pour le père de Théo Hayez depuis trois ans. Pour Natacha, cela ne fait que quatre mois. La piste criminelle reste ouverte: un enlèvement et une séquestration sont envisagés", conclut-il.

Plus d’informations sur www.lookingfornatacha.com