Des cours en arabe à Bruxelles? Caroline Désir parle d’une «affirmation fausse» de Conner Rousseau

La ministre de l’Éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles, Caroline Désir (PS), a réfuté mercredi tout recours à la langue arabe dans les écoles bruxelloises, comme l’a affirmé Conner Rousseau, le président de Vooruit, dans une récente interview au magazine Humo.

 La ministre de l’Éducation a souligné que les jeunes vivant en Région bruxelloise parlaient le français.
La ministre de l’Éducation a souligné que les jeunes vivant en Région bruxelloise parlaient le français. ©© Jacques Duchateau
Belga

"C’est une affirmation fausse", a assuré mercredi la ministre Désir, interrogée à l’occasion de la séance plénière du Parlement de la FWB par la députée Latifa Gahouchi (PS).

Devant l’hémicycle, la ministre a ajouté que, même dans le contexte actuel de pénurie de professeurs, tous les enseignants étaient systématiquement soumis à des conditions minimales de maîtrise de la langue française.

Qualifiant les propos de M. Rousseau de "caricature", la ministre de l’Éducation a souligné que les jeunes vivant en Région bruxelloise parlaient le français et qu’il n’y avait dès lors aucune raison d’utiliser l’arabe en classe avec eux.

Le président des socialistes flamands a suscité la polémique en début de semaine . Dans une interview à Humo, il a notamment confié ne plus se sentir "en Belgique" lorsqu’il roule à Molenbeek.

"À Bruxelles, à cause de la pénurie d’enseignants, des gens donnent cours en arabe en classe parce qu’ils ne parlent pas français", avait-il encore accusé.