"J’ai perdu mon roman": Laura Tinard passe de l’addiction numérique à une sévère parano

L’héroïne du premier livre de l’artiste performeuse Laura Tinard, "J’ai perdu mon roman", passe de l’addiction numérique à une sévère parano. La performeuse replace aussi son héroïne dans le contexte de son séjour à Bruxelles durant ses études d'art.

Michel PAQUOT

Huit mille pages! C'est la longueur atteinte par OceanSkyLine, le roman partagé initié par Pamela. De Bruxelles, la jeune femme a mis en ligne le texte qu'elle était en train d'écrire en proposant aux membres d'un groupe de création littéraire de l'université de Laval, à Montréal, d'intervenir librement dessus.