De 10 grands centres à 400 antennes locales: la recette de Bruxelles pour doper le taux de vaccination de ses communes du nord

Les écarts de taux de vaccination entre communes riches et pauvres ont été résorbés en deux trimestres à Bruxelles. C’est l’extrême décentralisation des points de vaccination qui a permis ce résultat dont "Bruxelles peut être fière". Analyse.

Julien Rensonnet
De 10 grands centres à 400 antennes locales: la recette de Bruxelles pour doper le taux de vaccination de ses communes du nord
On n’a parfois pas su dans quelle direction aller pour se faire vacciner à Bruxelles. Mais selon la Cocom, la stratégie décentralisée a payé en 2021. ©ÉdA – Julien RENSONNET

Suivre @JulienRENSONNET

73% des 18 + sont aujourd’hui complètement vaccinés à Bruxelles. Ce taux peut sembler faible au regard des 94% flamands et 84% wallons.

Mais selon Inge Neven, responsable du dispositif Covid de la Cocom, Bruxelles n’a pas à en rougir. Pour la spécialiste, ils reflètent les difficultés inhérentes aux grandes villes, "avec une population plus jeune et plus diversifiée", comme elle l’a souvent martelé.

La responsable rappelle qu'entre le 1er et le 3e trimestre 2021, Bruxelles a décentralisé au maximum sa campagne de vaccination. La capitale est ainsi passée de 10 centres de vaccination à… 394 antennes locales. Vacci-Bus, salles communales, pharmacies, entreprises, gares, écoles, univs et même magasins se sont ainsi additionnés au cours des mois pour affiner le maillage.

En 2021, Bruxelles a multiplié par 40 le nombre d’antennes vaccinales sur son territoire.
En 2021, Bruxelles a multiplié par 40 le nombre d’antennes vaccinales sur son territoire. ©Cocom
Via la décentralisation vaccinale, plus de 10% de taux vaccinal supplémentaires ont été inscrits à Bruxelles entre le 2e et le 3e trimestre de 2021.
Via la décentralisation vaccinale, plus de 10% de taux vaccinal supplémentaires ont été inscrits à Bruxelles entre le 2e et le 3e trimestre de 2021. ©Cocom

Conséquence: "De 27% au printemps, on est monté à 66% de taux de vaccination à l'été. À l'époque, on voyait encore clairement la différence entre communes plus riches au sud et plus pauvres au nord. Grâce à tout notre dispositif décentralisé, on a finalement atteint 75% dans toutes les communes ou presque en décembre".

Pourquoi il reste des disparités

De 10 grands centres à 400 antennes locales: la recette de Bruxelles pour doper le taux de vaccination de ses communes du nord
©Cocom

Ainsi, Saint-Josse et Koekelberg ont gagné 11 points, Schaerbeek, Anderlecht et Molenbeek 11 points, Ganshoren et Bruxelles-Ville 10 points. "C’est au nord qu’on a gagné le plus de pourcentages", se félicite Inge Neven. "Ce qui prouve que nos actions ont porté leurs fruits. On peut en être fier".

Pour expliquer les disparités qui subsistent encore dans certaines communes, la responsable de la Cocom évoque la jeunesse des populations. C’est ainsi le cas de Molenbeek, juge-t-elle, "où la population est très très jeune". Avec 64% de taux de vaccination chez les 18 + et 49% au total, Molenbeek présente en effet le taux le plus faible du pays, juste devant ses voisines koekelbergeoise (68% et 53%) et anderlechtoise (69% et 54%). Neven se veut cependant rassurante: "On y couvre plus de 80% chez les 65 +".