La grande manifestation à Bruxelles dérape: de nombreux dégâts, 3 policiers et 12 manifestants blessés, 60 arrestations (vidéos)

Il s’agit déjà de la cinquième manifestation contre les mesures anti-coronavirus en l’espace de deux mois; les quatre précédentes ont été entachées de troubles et de heurts.

Une nouvelle manifestation contre les mesures sanitaires est organisée ce dimanche à Bruxelles. Des centaines, voire des milliers de personnes se rassemblaient déjà depuis 11h00 à la gare Bruxelles-Nord aux cris de "liberté", à l’appel de nombreux mouvements parmi lesquels World Wide Demonstration for Freedom et Europeans United for Freedom mais également de plus de 600 associations locales européennes. Selon le programme établi, le cortège, qui s’est élancé en fin de matinée, doit se rendre au coeur du quartier européen, dans le parc du Cinquantenaire, où des discours sont prévus dès 14h30. Les organisateurs espèrent voir défiler des centaines de milliers de personnes dans les rues de la capitale européenne; la baisse de gravité de la maladie avec le variant Omicron pouvant en effet motiver plus de personnes que précédemment à demander la levée des restrictions sanitaires.

Par cette manifestation, les organisateurs disent défendre "la démocratie, les droits de l’Homme et le respect de la Constitution". Europeans United for Freedom estime sur son site internet que la propagation du Covid-19, la saturation des hôpitaux en rapport et le décès de personnes à la santé fragile ne justifient pas de déroger aux libertés fondamentales garanties par la démocratie. "La pire maladie que nous avons importée de Chine n’était pas le virus, mais le totalitarisme", selon son propos. Le mouvement critique aussi le manque de débat public en amont des décisions prises par les gouvernements sur base des conseils d’experts scientifique.

Il s’agit déjà de la cinquième manifestation contre les mesures anti-coronavirus en l’espace de deux mois; les quatre précédentes ont été entachées de troubles et de heurts.

Suivez le déroulement de la manifestation en direct:

18h50: Plus de soixante arrestations, plusieurs blessés

Une soixantaine de manifestants ont été arrêtés, principalement des émeutiers, rapportent plusieurs médias flamands. Ils feront l’objet d’une enquête, pour laquelle une équipe judiciaire sera spécialement mise en place, a fait savoir le procureur général. Au total, 3 policiers et 12 manifestants ont été blessés dans les affrontements. Ils ont été transférés à l’hôpital, mais aucun d’eux n’est en danger.

17h30: des émeutiers se retranchent avenue de Tervuren

Un groupe de manifestants et d’émeutiers continue de résister sur l’avenue de Tervuren, derrière le parc du Cinquantenaire à Bruxelles. La police anti-émeute a évacué le parc, mais des protestataires continuent à causer des dommages et bouter le feu. "La police va procéder à l’évacuation des lieux. Si vous restez, vous risquez une arrestation administrative", a indiqué la police sur Twitter vers 16h30.

Mais les derniers récalcitrants n’ont manifestement pas l’intention de rentrer chez eux. Le jeu du chat et de la souris avec la police anti-émeute continue sur l’avenue de Tervuren. Tout véhicule de police qui s’approche trop de la foule est visé. Pendant ce temps, les fauteurs de troubles ont mis le feu à des poubelles et détaché des palettes de bois et des matériaux de construction. La police continue de repousser les émeutiers avec un canon à eau et du gaz lacrymogène.

17h: La manifestation est finie, mais les dégâts sont importants

Selon les journalistes de HLN présents sur place, le calme est revenu dans le parc, qui ressemble à un champ de bataille. Des pierres gisent au sol, des fenêtres des bâtiments de l’Union européenne, et des restaurants ont été brisées, des poteaux ont été arrachés.

Sur l’Avenue de Tervuren, derrière le Cinquantenaire, un groupe d’émeutiers continue de résister, rapporte Nieuwsblad.

16h30: Le parc se vide

Vers 15h15, les responsables de la manifestation, depuis le podium, ont appelé à évacuer le parc. Ce n’est que sous la pression de la police que la foule a finalement bougé, un quart d’heure plus tard. A 16h15, la majorité du public avait quitté les lieux et la police s’est déplacée vers les arcades.

15h30: La police demande aux participants de quitter le cinquantenaire, les émeutes se poursuivent

Alors que la situation est toujours tendue entre les forces de l’ordre et les manifestants, la police demande à tout le monde de quitter les lieux. Les orateurs ont été priés de quitter la scène.

Les émeutes se poursuivent dans l’enceinte du parc du Cinquantenaire, où des manifestants continuent de cibler les agents de police, qui répondent toujours à coups de canons à eau et de gaz lacrymogènes. La foule et les policiers anti-émeute se sont livrés à un jeu du chat et de la souris dans le parc, se sentant renforcés par les milliers de manifestants présents.

15h: 50.000 participants selon la police, qui demande la dislocation du rassemblement

La manifestation contre les mesures sanitaires, qui se tenait dimanche dans les rues de Bruxelles, a rassemblé 50.000 participants, a indiqué la police de Bruxelles-Capitale Ixelles. Une large partie de la foule est arrivée au parc du Cinquantenaire, où des discours d’interlocuteurs belges et internationaux sont en cours sur le podium installé sous les arcades. Ils appellent à un débat de société concernant les mesures sanitaires visant à contrer la pandémie de coronavirus.

"C’est incroyable, l’affluence. Mais j’ai un double sentiment à ce sujet. D’un côté, je suis heureux de voir tant de personnes réunies. D’un autre côté, je suis malheureux parce que ces personnes (...) sont ici parce qu’elles ne sont pas entendues. Il y a un gros problème démocratique", a déclaré Tom Meert, président de Europeans United.

La police a demandé la dislocation de la manifestation, peu avant 15h.

14h30: des affrontements ont lieu entre la police et une centaine de casseurs

Une centaine de casseurs s’en sont pris aux forces de l’ordre au niveau du rond point Schuman. Ils ont lancé des projectiles en direction de la police, qui a répliqué en utilisant du gaz lacrymogène et une autopompe.

A noter que quelques bâtiments et véhicules ont été endommagés.

14h: une pétition pour destituer le gouvernement

Europeans United, l’organisateur de la manifestation, lancera lundi une pétition demandant la destitution du gouvernement. Cela vient d’être annoncé lors de la réunion au parc du Cinquantenaire.

13h30: une première estimation de la police

La manifestation contre les mesures sanitaires compte plusieurs milliers de participants dans les rues de Bruxelles selon les premières estimations de la police. Six personnes ont été arrêtées avant le départ du cortège.

Des drapeaux allemands, français, néerlandais, américains, polonais ou roumains flottent dans la foule qui déambule dans les rues de Bruxelles, a observé Belga sur place. De nombreux manifestants portent des panneaux avec des inscriptions critiquant le pouvoir en place, la vaccination, le Covid Safe Ticket ou appelant à "protéger les enfants".

La plupart des participants ne portent pas de masque, tandis que nombreux sont ceux qui cachent leur visage pour ne pas être reconnus. Les pétards résonnent bruyamment dans les rues, créant une atmosphère quelque peu tendue.

12h25: Appel à un moratoire sur les mesures sanitaires

L’organisation Children’s Health Defense Europe a appelé à un moratoire sur les mesures sanitaires, en marge de la manifestation qui est organisée en ce moment à Bruxelles sur le même thème. Ces mesures sanitaires vont à l’encontre du bien-être mental et physique des jeunes, a-t-elle martelé, lors d’une conférence de presse où s’exprimaient des panels d’experts composés de juristes, d’économistes et de médecins.

"Elles menacent le développement des jeunes, tout en entravant leur avenir, il faut donc les supprimer", selon l’organisation.

Children’s Health Defense est une organisation de Robert F. Kennedy Jr, neveu de l’ancien président américain John F. Kennedy et grand opposant à la vaccination.

12h: la manifestation a démarré

Les manifestants ont commencé à défiler dans la capitale. De nombreux enfants sont présents. "Non au pass de la honte", "Non à la vaccination des enfants, "Fausse pandémie, vraie dictature" font partie des messages qui arborent les pancartes des manifestants.

11h: les personnes qui sortent de la gare sont fouillées

Les manifestants affluent vers la gare du Nord. Certaines stations de métro connaissent une forte affluence. Ceux qui sortent de la gare sont systématiquement fouillés par la police, rapporte het Nieuwsblad. Selon notre journaliste sur place, de nombreux néerlandophones sont présents.