La FEF manifeste, la ministre Glatigny lui répond

Valérie Glatigny a rencontré les représentants de la Fédération des étudiants francophones ce mercredi et en a profité pour détailler les avancées en matière de lutte contre la précarité des étudiants.

La FEF manifeste, la ministre Glatigny lui répond
200 étudiants ont manifesté pour dénoncer l’absence de mesures politiques structurelles de lutte contre la précarité. ©BELGA

Réunis par la FEF et les jeunesses syndicales, 200 étudiants ont rappelé mercredi à la ministre de l'Enseignement supérieur les engagements pris au printemps dernier en matière de lutte contre la précarité croissante des étudiants: "Six mois plus tard, force est de constater qu'aucun de ces engagements ne s'est concrétisé", a ainsi dénoncé Lucas van Molle, le président de la FEF.

«L’engagement» de la FWB

De son côté le cabinet de Valérie Glatigny a réagi en rappelant les mesures structurelles qui ont été prises ces derniers mois: "Élargissement des critères d'octroi des allocations d'études, renforcement des subsides sociaux, refinancement de l'enseignement supérieur et des aides à la réussite, renforcement de l'information sur les aides existantes".

Sur les deux points précis évoqués par la FEF, on explique dans l'entourage de la ministre que "des moyens financiers ont été obtenus dans le cadre du conclave relatif au financement des hautes écoles et des écoles supérieures des arts. La réflexion est bien en cours dans ce cadre." Par ailleurs, "le Conseil supérieur des allocations d'études remanié sera chargé de mener une réflexion sur les mesures à prendre afin d'augmenter le nombre de bénéficiaires [des allocations d'étude], les montants à octroyer à certains jeunes et les conditions permettant d'être considéré comme étudiant "de condition modeste"."

"?Toutes ces mesures, attendues par de nombreux acteurs de terrain, démontrent l'engagement de la Fédération Wallonie-Bruxelles à rendre l'enseignement plus accessible pour tous?", a encore commenté la ministre.