Montevideo, la sagesse pop

Voilà six ans qu’on avait perdu de vue Montevideo. Les Bruxellois sont de retour avec un album très différent.

Audrey Verbist
Montevideo, la sagesse pop
«On ne veut pas se figer et passer à côté d’un truc parce qu’on n’a pas été assez curieux.» ©© Frederic Uyttenhove

«Je ne veux pas faire le truc de l'album de la maturité, mais c'est quand même un peu ça», avance Jean Waterlot, le chanteur du groupe. Montevideo a sorti trois albums. Six ans entre chaque. Trois albums qui correspondent à trois périodes de la vie du quatuor. Après la jeunesse rock sautillant, génération Ghinzu et Vismets (Montevideo, 2006), le virage pop de Personnal Space (2012) voilà Temperplane. «Temperplane correspond à une période de nos vies où on a l'impression d'avoir acquis une certaine sagesse, d'être plus en paix avec nous-mêmes. On est plus à l'aise avec notre répertoire et du coup, il y a un truc plus fluide. On est plus sereins, plus posés.»