Velux fête 50 ans de présence en Belgique, le pays qui compte le plus de fenêtres de toit par habitant

Ce mardi 6 décembre, Velux a fêté ses 50 ans en Belgique en présence de plusieurs ministres du Gouvernement wallon et d’acteurs importants du secteur de la construction

-
 Yves Sottiaux, le responsable de Velux en Belgique avec le ministre Philippe Henry.
Yves Sottiaux, le responsable de Velux en Belgique avec le ministre Philippe Henry. ©- 

Sur fond de crise énergétique et climatique, Velux a rappelé l’importance de placer la santé des habitants et celle de la planète au cœur des politiques de rénovation. "Vous pourrez compter sur nous", a promis Yves Sottiaux, le responsable de Velux Belgium.

Ministres, autorités publiques, architectes, partenaires du secteur de la construction, c’est toute une communauté que l’entreprise Velux avait réunie mardi dans ses locaux à Wavre, pour fêter les 50 ans de son installation en Belgique. Pour le groupe danois, présent aux 4 coins du monde, ce n’est pas l’anniversaire d’un siège comme les autres  : "la Belgique est notre 4e marché, c’est le pays qui compte le plus de fenêtres de toit par habitant", explique Jens K Rasmussen, le petit-fils du fondateur. En 50 ans, Velux a révolutionné le logement des Belges: une maison sur deux compte aujourd’hui au moins une fenêtre de toit.

Avec plus de 7 000 installateurs des fenêtres Velux et 2 500 points de vente, l’entreprise basée à Wavre est au centre d’un véritable écosystème

Fort ancrage belge

Velux, c’est à la fois une entreprise au fort ancrage belge, mais également un grand groupe international, qui investit dans la recherche de solutions aux défis de demain: changement climatique, raréfaction des ressources, besoin de cohésion sociale… Sinus Lynge, architecte et fondateur du bureau Effekt à Copenhague, participait à l’événement et y a présenté le projet "Living Places", un projet pilote développé en partenariat avec Velux et actuellement en construction à Copenhague, qui vise à diviser l’empreinte carbone des bâtiments par 3, tout en multipliant par 3 la qualité de leur climat intérieur.

"En 2020, le Covid a transformé nos modes de vie et a renvoyé chacun dans son logement. Nous avons alors vu la demande exploser: tout le monde se retrouvait sous le même toit, pour travailler, étudier, vivre. Il a fallu créer des pièces supplémentaires, très vite, et à moindres frais. Faire entrer la lumière naturelle dans les greniers et transformer les pièces sombres en nouveaux lieux de vie, c’est notre métier", explique Yves Sottiaux.

Un autre défi de taille attend les logements des Belges, et c’est la crise énergétique qui le rappelle douloureusement. "Quand il est isolé, aéré et bien conçu, le logement est un rempart, une protection, un filet social", constate Yves Sottiaux. Mais il poursuit: "Quand le logement est vétuste, mal isolé, sombre et humide, il enfonce ses habitants dans la précarité. Or, le bâti en Belgique est vétuste. Résultat: les logements appauvrissent les ménages, dégradent leur santé et amplifient le dérèglement climatique. S i les Régions se mobilisent pour accélérer le rythme et le volume de rénovations, nous serons au rendez-vous. Car nous savons que la manière la plus efficace et la moins chère de réduire la consommation énergétique d’un logement tout en créant de l’espace et du confort, c’est d’aménager les combles en les isolant et en se servant du toit pour amener de la lumière naturelle".

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...