Après 11 années à la tête de Wavre, la bourgmestre Françoise Pigeolet démissionne pour raisons de santé

La bourgmestre de Wavre, Françoise Pigeolet (MR) a annoncé sa démission pour « raisons de santé », ce vendredi 7 octobre. Elle sera remplacée par Anne Masson (MR).

Arnaud Huppertz

La bourgmestre de Wavre, Françoise Pigeolet (MR), a annoncé sa démission, ce vendredi midi, pour raisons de santé. "J’ai donné tout ce que je pouvais donner à ma ville et à ses habitants. La fonction de bourgmestre est vraiment passionnante, mais elle est aussi excessivement exigeante. Il faut être disponible 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Mon état de santé, ma résistance actuelle ne me permettent plus de tenir ce rythme. Je peine à me relever du Covid. Ma décision s’impose par honnêteté vis-à-vis de moi-même mais aussi vis-à-vis des Wavriens. Je ne voulais pas leur accorder une attention au rabais."

Françoise Pigeolet était à la tête de la ville de Wavre depuis décembre 2018. Elle avait alors succédé à Charles Michel.

Avant cela, Françoise Pigeolet avait déjà été aux commandes de la cité du Maca, en tant que bourgmestre faisant fonction tandis que le bourgmestre empêché Charles Michel était premier ministre.

Françoise Pigeolet aura été bourgmestre ff pendant sept ans, une première fois quand Charles Michel était ministre de la Coopération au développement, ensuite parce qu’il devenait Premier ministre.

Pendant toute cette période, Françoise Pigeolet n’a jamais manifesté le désir de s’affranchir et d’être plus que bourgmestre faisant fonction.

« Sa » liste du bourgmestre garde la majorité malgré un net recul

 Françoise Pigeolet et Charles Michel.
Françoise Pigeolet et Charles Michel.

Pourtant, lorsque Charles Michel annonce qu’il ne sera pas candidat aux élections communales de 2018, la Wavrienne ne recule pas: elle sera bien candidate et entend bien gommer le "faisant fonction" inscrit sur ses cartes de visite.

"Sa" liste du bourgmestre conserve la majorité absolue au conseil communal malgré un score électoral de 40%, en chute de 15%.

Avec un score personnel de 3185 voix de préférence qui culmine trois fois plus haut que celui de n’importe quel autre élu, elle est assurée d’être bourgmestre.

Elle décide toutefois, pour prendre bonne note du signal envoyé par l’électeur wavrien, d’élargir sa majorité. Le PS rejoint le MR dans la majorité. DéFI les rejoindra, il y a quelques mois.

La politique, ce n’était pourtant pas un plan de carrière pour Françoise Pigeolet, affirme-t-elle. Historienne de formation, elle enseigne pendant seize années avant de devenir directrice d’administration à la Province du Brabant wallon.

Fort active dans la vie associative wavrienne dans les années 90, on lui demande de figurer sur la liste libérale lors des élections communales de 2000. Elle est élue et son score lui permet même de remplacer Raymond Willems comme échevin lorsque celui-ci devient député provincial, en 2003.

Je n’ai pas un amour aveugle pour Wavre

Pensionnée depuis fin 2016, elle se consacrait donc à plein-temps – "voire davantage" – à sa charge de bourgmestre.

 Françoise Pigeolet prête serment comme bourgmestre de Wavre
Françoise Pigeolet prête serment comme bourgmestre de Wavre

Fière de ses racines wavriennes, Françoise Pigeolet ne cache pas sa fierté d’avoir été bourgmestre de sa ville pendant onze ans. "Wavre, c’est mes racines, c’est là que j’ai grandi et où j’ai toujours vécu, j’y ai mon foyer, ma famille. Il ne s’agit cependant pas d’un amour aveugle: il est en effet certain que tout n’est pas parfait…"

La bourgmestre, autrefois échevine du commerce, n’ignore pas que le centre-ville de Wavre, autrefois bien plus attractif, souffre de désertification, que les projets phares wavriens sont parfois bien lents à mettre en place…

Au conseil communal, la bourgmestre restait toutefois rarement sans réaction quand elle estimait les critiques trop virulentes. Même si elle se départissait rarement de son calme, elle n’hésitait pas à se dire "excessivement" choquée ou déçue par les propos de l’opposition.

Je ne me suis pas engagée en politique pour être un punching-ball

L’absence de débat équilibré sur les réseaux sociaux la peine également: "Je ne me suis pas engagée en politique pour être un punching-ball et le réceptacle d’injures injustifiées", avait-elle prévenu Françoise Pigeolet, après une série d’attaques à son encontre sur Facebook.

C’est donc une page qui se tourne dans une ville qui n’a connu que quatre bourgmestres depuis la fusion des communes: Robert Hulet, Charles Aubecq, Charles Michel et Françoise Pigeolet, tous libéraux.

Anne Masson (MR) succédera à Françoise Pigeolet lors du conseil communal du 22 novembre. La bourgmestre sortante présidera donc un dernier conseil communal le 18 octobre. Sa démission sera complète puisqu’elle quittera aussi son siège au conseil communal.