Survol des avions à Waterloo: Écolo défend le «volontarisme» de Georges Gilkinet

Les Verts contre-attaquent après le vote de la motion, en affirmant que la députée bourgmestre était absente à quatre réunions de la plateforme où elle aurait pu relayer les difficultés des habitants.

Belga
 On n’en est pas à la densité de ce photomontage à Waterloo mais le survol de Waterloo par les avions est loin d’être nouveau.
On n’en est pas à la densité de ce photomontage à Waterloo mais le survol de Waterloo par les avions est loin d’être nouveau. ©ÉdA – 202361992209 

Au lendemain du vote d’une motion en conseil communal contre le survol de Waterloo par les avions en approche de la piste 01 de Brussels Airport, la section Écolo de Waterloo, dont les élus avaient choisi l’abstention sur le texte, a justifié sa position.

Écolo dénonce un débat biaisé et s’en prend à la députée bourgmestre MR, Florence Reuter, accusée d’être "systématiquement absente des organes de concertation".

La motion proposée par la majorité MR au conseil communal de lundi soir à Waterloo avait été soutenue par l’ensemble des élus, à l’exception des écologistes.

Les Verts se disent "pleinement conscients" que la problématique du survol par les avions porte préjudice à la qualité de vie de nombreuses personnes à Waterloo. Mais ils indiquent qu’il s’agit d’un héritage politique, urbanistique et judiciaire particulièrement complexe.

"Comme tous les Waterlootois, nous espérons qu’une solution se dégagera prochainement dans ce dossier qui bouchonne depuis trente ans. Moyennant une série de modifications, nous aurions pu soutenir le texte présenté par la majorité. Hélas, à défaut d’être constructif, celui-ci semble être davantage une manœuvre politique visant à faire porter le chapeau au ministre Georges Gilkinet, tout en occultant les difficultés rencontrées par ses prédécesseurs. Le dernier en date étant le libéral François Bellot", a commenté le coprésident d’Écolo Waterloo, Grégoire Chrissantakis.

Écolo défend de son côté le "volontarisme" de Georges Gilkinet, qui a créé une plateforme de concertation et un groupe de travail technique, ainsi qu’organisé des discussions avec les Régions.

Les Verts contre-attaquent après le vote de la motion, en affirmant que la députée bourgmestre était absente à quatre réunions de la plateforme où elle aurait pu relayer les difficultés des habitants, estimant dans la foulée que le cumul des mandats empêche Florence Reuter de défendre l’intérêt des Waterlootois…