Les débuts d’une légende

L’exil de Napoléon à Sainte-Hélène, et sa mort le 5 mai 1821 à l’âge de 52 ans d’un cancer de l’estomac, marquent le début de sa légende.

Philippe Leruth

Dans l’introduction de la dixième édition (!) de son Histoire de Napoléon, publiée en 1838, Louis Ardant, membre de l’Institut historique, explique: «Étranger à un siècle qui est déjà loin de moi, je n’ai eu à rechercher ni ennemis, ni vengeances. Né Français, et fier de ce titre, il eût épargné à ma jeune plume de descendre aussi bas. Qu’un compatriote de Hudson Lowe (NDLR: gouverneur de Sainte-Hélène), que Walter Scott ait, de nos jours, rempli cette honteuse mission, cela s’explique. Quant à moi, je m’estimerai heureux si (…) j’ai pu faire oublier l’ingratitude du destin et l’injustice des hommes à quelques-uns de ces vieux soldats qui, en face de la mort et du temps, sont encore restés debout.»

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...