Coup de fouet à Vienne

Quand Napoléon débarque au golfe Juan, le 1er mars 1815, les grandes puissances européennes, y compris la France représentée par Talleyrand, alias «le diable boiteux», sont réunies à Vienne depuis quatre mois, pour redessiner la carte de l’Europe.

Philippe Leruth

Pour la police, ce rassemblement de têtes couronnées est un casse-tête, mais pour la capitale autrichienne, c’est une aubaine. Car si les congressistes sont à l’ouvrage, ils ne font pas que cela: «Le congrès danse, mais ne marche pas», ironise le vieux prince de Ligne. Le 25 mars, les alliés reconstituent leur coalition contre Napoléon. Et les travaux des congressistes reçoivent un coup de fouet: le 9 juin 1815, les 121 articles et les 17 annexes de son acte final sont signés. Et le 11, le congrès est clôturé. Juste une semaine avant Waterloo…

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...