Malgré l’orage, Oisquercq n’a pas pris l’eau

Le jogging d’Oisquercq a tenu toutes ses promesses avec de beaux vainqueurs et de courageux bénévoles présents sur le terrain.

Laurent SAUBLENS
Malgré l’orage, Oisquercq n’a pas pris l’eau
Les signaleurs ont bravé, avec brio, les conditions climatiques changeantes durant de nombreuses heures. ©ÉdA

Le jogging d'Oisquercq a vécu ce samedi. Mais ce ne fut pas simple pour l'organisation. Cette manche du Challenge du Brabant wallon a connu un départ sous une chaleur écrasante et un final dans les orages. Toutefois à l'heure du bilan, l'organisatrice Isabelle Coosemans ne retient que le positif d'une journée sans pépins. «Tout s'est parfaitement déroulé. On espérait un peu plus de participants, mais on n'est pas mécontents avec les 339 inscrits. Ils ont été bien accueillis et aiguillés grâce à des bénévoles que l'on ne peut que remercier. Ils ont été soumis à une longue journée vu l'étalement des départs par vagues. C'était donc beaucoup plus long qu'à l'habitude pour eux. Pire encore, les violents orages et les trombes d'eau dans la dernière heure de course n'ont pas été facile à gérer. Mais quand je les ai vu revenir au départ, après la course, ils avaient le sourire et plein d'anecdotes. J'étais soulagée.»

Des orages qui ont vu la ligne d’arrivée sous eau, et les tapis de chronométrage aussi. Mais aucun souci pour les résultats, le système informatique mis en place permet une multitude de solutions.

Romain Paul en force

Sur le plan sportif, le parcours a une nouvelle fois fait peur à de nombreux coureurs. Il faut dire que les trois côtes doivent être gérées comme il se doit pour éviter de se mettre dans le rouge et d’avoir du mal à terminer. Le passage le long du canal était bucolique… Pas de quoi inciter Romain Paul à admirer le paysage puisque le Chaumontois a filé à toute allure vers l’arrivée en l’emportant avec 2'17" d’avance sur Alexis Matthys, hauteur d’une belle remontée après un départ un peu plus compliqué.

Signalons la troisième place de Denis Galerin, à six secondes de Matthys, alors qu’il est parti dans une vague plus tardive.

Chez les dames, c’est Nicole Desille (RIWA) qui l’emporte devant Caroline Vandriessche et Sabine Vanderzwalmen.

Il y avait également une petite distance et c’est Jean-Marc Culot qui s’est montré le plus rapide. Chloe Herckenrath s’impose chez les dames.