Presque vendue, l’ancienne école de Saintes reste… à vendre

Alors que le collège était prêt à accepter une offre à 285 000€, l’opposition s’y est opposée et l’ancienne école a été remise en vente.

Jérôme Brys
Presque vendue, l’ancienne école de Saintes reste… à vendre
L’ancienne école de Saintes n’a finalement pas encore trouvé un nouveau propriétaire. ©ÉdA

Depuis de nombreuses années maintenant, l'ancienne école de Saintes, située sur la chaussée d'Enghien, est à l'abandon. Malheureusement, une reconversion n'est pas envisagée par les autorités communales de Tubize qui ne disposent pas des ressources nécessaires. Dès lors, il a été décidé de la vendre. Lors du dernier conseil communal, un point à l'ordre du jour avait justement trait à cette vente. Mais le prix avancé, 285 000€, a suscité quelques interrogations dans les rangs de l'opposition. «Je dois bien avouer que je ne suis jamais pour le fait de vendre des bâtiments qui appartiennent à la Commune», a indiqué Jean-Armand Wautier. Mais au-delà de cet amour pour le patrimoine, le conseiller communal RC a pointé un autre souci. «Une estimation avait fixé le prix à 375 000€ et vous allez accepter une offre à 285 000€, soit 90 000€ de moins. Je pense qu'on se trouve bien en dessous du prix du marché.» Un élément approuvé par le maïeur qui a pointé toutefois l'urgence de cette vente: «Nous n'avons reçu aucune offre supérieure et on pourrait aussi décider de ne pas vendre et de laisser le bâtiment pourrir et perdre de sa valeur. L'objectif est de renflouer les caisses de la Régie (communale) foncière et immobilière.» Si Jean-Armand Wautier comprend qu'il n'y ait pas eu d'offre supérieure, pour lui, pas question de vendre à ce prix. «Il y a moyen de faire quelque chose sans laisser pourrir comme vous dites. Mais vendre à ce prix, c'est non! Ne peut-on essayer de rénover le bâtiment avec un projet similaire à celui de l'ancienne maison communale de Saintes?» Une bonne idée mais irréalisable, selon le bourgmestre: «Nous n'avons pas les moyens. Pour moi, il faut vendre.» Dès maintenant et à ce prix? Telle est la question! «On peut relancer une procédure, mais d'ici la fin de l'année, il faut valider une offre. Avec le risque bien évidemment que la personne se retire et qu'on ne reçoive plus d'offre à ce prix.»