Pour Barry Ghislain, « l’arbitrage doit rester un plaisir »

Les violences physiques et verbales prennent de plus en plus le dessus sur la passion et ont un impact grandissant sur le manque d’arbitres.

Olivier TALMAS
 Barry Ghislain tire la sonnette d’alarme concernant le manque d’arbitres.
Barry Ghislain tire la sonnette d’alarme concernant le manque d’arbitres. ©COTAL

Ancien joueur à Waterloo, Nivelles et Braine-le-Château, Barry Ghislain a aussi coaché les filles à Nivelles puis les jeunes et l’équipe B à Ittre. Mais c’est sifflet en bouche que ce pompier professionnel et volontaire poursuit sa passion du football depuis cinq ans. "À un moment donné, je me suis demandé comment rester dans le milieu car c’était compliqué de combiner deux entraînements et un match, et encore plus contraignant au niveau du coaching. Mon parrain qui a fait la ligne pendant sept années en D1 m’a dit que si je voulais voir plus haut, c’était dans l’arbitrage. C’était l’occasion de voir réellement comment on gère un match. Je me suis dit essayons et je n’ai qu’un seul regret: ne pas y avoir pensé plus tôt."

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...