Cyclo-cross: Le député André Antoine plaide pour des terrains permanents et l'accessibilité aux jeunes

Pour le député André Antoine, il faut développer la discipline, avec une gratuité pour les plus jeunes qui s'essayent à ce sport et des terrains propices.

Laurent SAUBLENS
 À quand des circuits permanents et une gratuité pour les jeunes cyclistes qui veulent se lancer dans le cyclo-cross?
À quand des circuits permanents et une gratuité pour les jeunes cyclistes qui veulent se lancer dans le cyclo-cross? ©ÉdA

Le cyclo-cross, c'est le cyclisme en hiver. Chaque week-end, et même plus, à la télévision, on assiste à des épreuves de plus en plus disputées grâce aux ténors de la discipline que sont Wout Van Aert, Mathieu van der Poel ou Tom Pidcock. Mais on a beau regarder, on n'y voit aucun wallon. Dans les coulisses, André Antoine, amateur de la Petite Reine, s'inquiète : "Nos champions du cyclisme se retrouvent sur les parcours escarpés du cyclo-cross avec un intérêt médiatique et un succès populaire indéniable, mais... seulement en Flandre! À l'exception notoire d'une manche de la Coupe du monde organisée dans le cadre prestigieux de la Citadelle de Namur, les épreuves de cyclocross se font très rares sinon même inexistantes dans les campagnes wallonnes. "

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...