Genval: trois peines distinctes dans l’affaire Michaël Demortier devant le tribunal correctionnel

Pour se procurer de l’argent, un vendeur de voitures abuse de plusieurs connaissances et amis. Il a quitté le pays. Ses créanciers s’impatientent…

JEAN VANDENDRIES,J.Vd.

Et ils considèrent être en droit de réclamer l’argent prêté à celle qu’ils qualifient de complice, c’est-à-dire à sa femme, ou plutôt à son ex-femme puisque, apprenant que Michaël Demortier est réellement un escroc, Laurence Libouton a décidé de divorcer. Furibards de ne pas parvenir à récupérer leurs billes, Olivier V., André S. et Stéphane L. (prénoms d’emprunt), ont donc exercé sur cette femme des pressions qui, selon le parquet, sont constitutives de menaces et harcèlement.