Rebecq : déménagement chahuté pour la cavalerie de la police fédérale

Des critiques sont formulées à propos du déménagement de la cavalerie de la police fédérale vers le Haras de Wisbecq, cette semaine.

Pierric BRISON
 Le syndicat SNPS déplore certains manquements dans les nouvelles installations de Wisbecq.
Le syndicat SNPS déplore certains manquements dans les nouvelles installations de Wisbecq. ©ARCHIVES ÉDA

Il y a près d’un an, la police fédérale annonçait le prochain déménagement de sa cavalerie, d’Etterbeek vers Rebecq et le Haras de Wisbecq, racheté par la Régie des bâtiments de l’État. Dans la foulée, les premiers chevaux sont arrivés à Rebecq quelques semaines plus tard, en janvier dernier. Cette semaine, est prévu le "grand" déménagement mais certains policiers renâclent, et cela pour plusieurs raisons: mauvaise préparation de ce déménagement, absence de contrôles à l’entrée, absence d’un dossier "incendie", absence de sanitaires adéquats, indiquait un membre du syndicat policier SNPS la semaine passée dans les journaux du groupe Sudpresse.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...