Trois ans requis pour harcèlement, menaces, entraves à la circulation et incendies notamment à Ramillies

Le prévenu reprochait à son ex-compagne de ne pas lui accorder la garde de leur fils.

Belga
 Pour le parquet de Namur, le prévenu «n’a aucun respect des règles et met ses menaces à exécution».
Pour le parquet de Namur, le prévenu «n’a aucun respect des règles et met ses menaces à exécution». ©ÉdA - Illustration

Trois ans de prison ont été requis, mercredi par le parquet de Namur devant le tribunal correctionnel de Dinant, à l’encontre d'un homme d’une trentaine d’années poursuivi pour des faits de menaces, harcèlement, entraves méchantes à la circulation et incendies volontaires commis en 2020 et 2021 à Namur, Viroinval, Chimay et Ramillies.

Le prévenu reprochait à son ex-compagne de ne pas lui accorder la garde de leur fils."Il a, dans ce cadre, déversé toute sa haine sur elle et son entourage", indique le parquet de Namur.

Le 10 février 2020, il a fait plusieurs queues de poisson à son ex-compagne qui venait de lui remettre son fils. Le 26 février 2020, le prévenu a crevé les quatre pneus du véhicule de son ex."Deux jours plus tard, il l’a menacée de mort. Des menaces qui ont encore été proférées durant deux ans", indique le parquet de Namur qui précise qu’il y a eu une escalade dans la violence des faits commis.

Le 12 août 2021, soit six jours après avoir menacé des policiers, le prévenu aurait incendié la caravane de son ancien beau-frère, à Chimay. Le 24 août 2021, c’est le mobile-home de la compagne du frère de son ex qui est parti en fumée."Il se trouvait à 1,5m d’une habitation habitée. Monsieur n’a aucun respect des règles et met ses menaces à exécution", ajoute le parquet de Namur.

Deux incendies que le prévenu conteste.

Un sursis probatoire est demandé par son avocate.

Jugement le 24 août.