« Une pelouse impeccable, un désert pour les insectes », pointe un chercheur de l'UCLouvain

Les insectes souffrent (urbanisation, pesticides...) et vont souffrir davantage avec les dérèglements climatiques. Mais on peut les aider en repensant nos jardins et rebords de fenêtre, soutiennent 70 scientifiques dont 3 de l’UCLouvain.

Quentin Colette
 Une pelouse coupée à ras du sol? Certains trouvent ça joli, mais ça ne favorise pas la présence des insectes ni la biodiversité. Alors place à un jardin plus rock and roll!
Une pelouse coupée à ras du sol? Certains trouvent ça joli, mais ça ne favorise pas la présence des insectes ni la biodiversité. Alors place à un jardin plus rock and roll!

"Un jardin respectueux des insectes est un beau jardin, mais un beau jardin n’est pas nécessairement un jardin favorable aux insectes." C’est à lire dans une synthèse écrite par une septantaine de scientifiques, dont trois chercheurs de l’UCLouvain, pour alerter sur la disparition des insectes des suites du dérèglement climatique et parue dans le journal Ecological Monographs.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.