Crise politique à Ottignies-Louvain-la-Neuve: "Quel pouvoir l’UCLouvain a-t-il sur notre collège?" s’interroge Kayoux

Pour la première fois, le second parti de la minorité s’exprime. Il dénonce une manœuvre opaque contraire à leurs valeurs et s’interroge sur les raisons invoquées par Avenir et le PS pour justifier la rupture avec Écolo.

Crise politique à Ottignies-Louvain-la-Neuve: "Quel pouvoir l’UCLouvain a-t-il sur notre collège?" s’interroge Kayoux
Pour Kayoux, «cette tentative de passage en force est caractéristique d’un état d’esprit où l’avis des citoyens ne compte que le temps des élections». ©ÉdA Mathieu Golinvaux
Quentin Colette

"Cette tentative de passage en force (NDLR: l'éviction d'Écolo du pouvoir par Avenir et le PS au profit d'OLLN 2.0-MR pour laquelle une motion de méfiance constructive devra être votée lors d'un prochain conseil communal, sans doute le 3 février) est caractéristique d'un état d'esprit où l'avis des citoyens ne compte que le temps des élections. C'est contraire à nos valeurs et nous ne l'acceptons pas!" C'est ainsi que débute le communiqué de presse de Kayoux, l'autre parti dans la minorité à Ottignies-Louvain-la-Neuve.