Des joggeurs dans la ville à Louvain-la-Neuve

Courir en ville mais aussi dans les bois voisins, ce sont les 5 et 10 miles de LLN qui espèrent atteindre les 1 500 participants d’ici dimanche.

L.S.
Des joggeurs dans la ville à Louvain-la-Neuve
On les reconnaît grâce à leur tee-shirt spécifique à l’événement, les joggeurs des 5 et 10 miles sont à l’œuvre jusque dimanche à LLN. ©ÉdA

Événement estudiantin par excellence, les 5 et 10 miles de Louvain-la-Neuve se déroulent actuellement. 950 participants sont déjà enregistrés par les organisateurs (CSE Animations) qui ont décidé de modifier le concept habituel en proposant un tracé balisé accessible jusque dimanche.

Pierrick Ledecq découvre pour la première fois deux volets des 5 et 10 Miles de LLN. «Je suis dans le CSE depuis cette année et j'ai pris part à la course pour la première fois. Les retours sont super chouettes. La permanence fonctionne bien, on y remet une bouteille d'eau et le tee-shirt, cela se déroule de manière bien étalée. Nous ne pouvons qu'être contents de voir que cela bouge. C'est gratifiant et en plus le temps est avec nous.»

Le but est d'atteindre, voire dépasser, les 1 500 participants. «Nous en sommes à 950, ce sont majoritairement des étudiants même si on voit aussi quelques externes. On remarque que la présence de joggeurs en tee-shirt dans la ville crée un engouement. Le bouche-à-oreille fonctionne bien, cela pousse aux inscriptions.»

Pierrick a également couru. «J'ai réalisé les 5 miles lundi et les 10 ce mercredi. Ce sont de très chouettes parcours, avec un dénivelé quand même important. C'est sélectif mais plaisant. Et si l'ambiance est complètement différente, la course garde son charme malgré tout.»

Des joggeurs dans la ville, cela marque les esprits. «D'habitude, à Louvain-la-Neuve, les joggeurs courent à l'extérieur. Ici, c'est dans le centre. Ça attise la curiosité. Mais le parcours, ce sont aussi des passages dans le bois des Rêves et celui de Lauzelle avec une belle cuvette où cela monte pas mal.»

Mélyssa Gochel De Clercq n'est plus étudiante mais elle était au départ. «Je cours depuis 2016. D'abord en tant qu'étudiante puisqu'à Louvain-la-Neuve, plusieurs professeurs imposent l'épreuve. Et puis, c'est un peu le défi de tous les étudiants. On voit l'autre le faire, on en parle en soirée, et le challenge est lancé, on chausse ses baskets et on y va. Beaucoup ne mesurent d'ailleurs pas la distance, oubliant que 10 miles, ce ne sont pas 10 kilomètres. Pour ma part, avant 2016, je trouvais fou ces gens qui courent dans Louvain-la-Neuve. Maintenant, j'adore cela. Cette année est particulière, certains habitants se demandent ce que l'on fait, cela paraît un peu intrusif pour certains qui ne font pas le lien avec l'événement habituel où on se retrouve à plus de 1000, en masse, dans les rues. Je dois dire que courir dans la rue Charlemagne en peloton, avec les spectateurs, c'est quelque chose qui marque. Je ne suis plus étudiante mais j'apprécie toujours autant.»