Braine-l’Alleud : quand acheter devient comme une drogue

Une femme souffre d’oniomanie, un trouble lié à l’achat compulsif. Elle détourne 419 000 € de la société de son employeur. Elle rembourse à raison de… 20 € par mois. Douze mois de prison avec sursis... et obligation de rembourser ces 419 000 €.

Jean Vandendries
 L’argent détourné fut notamment utilisé pour acheter des bijoux (photo d’illustration).
L’argent détourné fut notamment utilisé pour acheter des bijoux (photo d’illustration). ©ARCHIVES ÉDA

L’oniomanie, trouble lié à l’achat compulsif, se caractérise par des besoins excessifs d’achats et donc de dépenses. Il existe des variantes. L’une d’elles s’est trouvée au centre d’un dossier examiné lors de l’audience correctionnelle de Nivelles le 20 décembre dernier. Sur le banc des accusés, une femme, Annie, 63 ans, et son compagnon Jean, 65 ans (prénoms d’emprunt), de Braine-l’Alleud. Côté parties civiles, le patron d’une agence immobilière d’Ixelles et son fils, grugés de 419 000 € entre le 3 octobre 2016 et le 26 janvier 2019.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...